Mardi 28 septembre 2021
24 min

Eddy L. Harris : "Je voyage souvent pour aller à l'opéra, c'est une bonne manière de découvrir une ville"

Comme dit le proverbe : On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Mais entend-on jamais deux fois la même œuvre ? Un pied dans l’eau et l’oreille grand ouverte, voguons sur le flot de la musique, tel un céiste au long cours...

Eddy L. Harris : "Je voyage souvent pour aller à l'opéra, c'est une bonne manière de découvrir une ville"
Eddy L. Harris, © Philippe Matsas

Eddy Harris, né à Indianapolis en 1956, est poussé par sa famille à faire des études jusqu’à la Stanford University. Après un premier job peu convaincant, il se consacre à l’écriture. Parce qu’il désespère d’être jamais publié, il décide, à trente ans, de se lancer dans une aventure inédite pour lui : descendre le Mississippi, seul sur un canoë, depuis sa source jusqu’à La Nouvelle-Orléans. Il en tirera son premier livre, Mississippi Solo, salué immédiatement par la critique américaine. Tout en voyageant régulièrement à travers l’Europe et les continents  africain et américain, Eddy L. Harris a choisi la France comme point d’ancrage, où il a également publié Harlem, Jupiter et moi et Paris en noir et black.

Actualités

.
.
  • Parution 

Le Mississippi dans la peau (traduction Pascale Deschamps)
Collection «Littérature étrangère
Éditions Liana Levi

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Quoi de neuf, l’Amérique ? C’est la question qu’est venu poser Eddy L. Harris, trente ans après, au fleuve qu’il connaît le mieux, qui pour lui est le miroir du pays qu’il traverse, et qu’il a dans la peau: le Mississippi. Plus que l’envie de recréer un moment fort au plus près de la  nature, cette seconde fois lui servira à voir ce qu’il a manqué la première. L’âme  du premier voyage habitera nécessairement le second, et viendra l’enrichir.  Mais il a trente ans de plus : il s’attachera donc plus au sens qu’à l’exploit.  Le fleuve a changé, Eddy a changé, et sans doute l’Amérique aussi. Sous la  présidence d’un homme noir, les tensions raciales se sont paradoxalement  aggravées. La descente du fleuve est aussi une façon de revenir sur l’histoire  des peuples qui occupaient ces terres avant l’arrivée des Européens, et sur le sort qui a été le leur. De s’interroger, au gré des rencontres avec un pêcheur, un  Indien américain, un biologiste, sur la pertinence des interventions humaines  sur le milieu naturel, le retour de certaines espèces, l’extinction d’autres. Plus  que jamais, ce sera l’occasion de voir à quel point le Mississippi est le cœur  battant des États-Unis. En descendant le fleuve, Eddy remontera le temps et  suivra les vicissitudes de l’Histoire, la grande, mais aussi la sienne. Et au bout  du voyage, cette double certitude : Eddy est un libre citoyen du monde et le Mississippi lui appartient.

Programmation musicale

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°6 en fa majeur op.68 “Pastorale” : 1. Allegro ma non troppo
Staatskapelle de Dresde, Herbert Blomstedt
BERLIN CLASSICS

Wolfgang Amadeus Mozart
Les Noces de Figaro : Non più andrai (Acte 1)
Thomas Allen, Orchestre Philharmonique de Vienne, Riccardo Muti
EMI

Giuseppe Verdi
Nabucco : Va, pensiero, sull’ali dorate
Choeur et Orchestre du Théâtre de la Scala de Milan, Claudio Abbado
DG

Gustav Holst
Les Planètes op.32 H 125 : 4. Jupiter
Orchestre philharmonique de Londres, Georg Solti
DECCA

Aaron Copland
Rodeo : Hoe-down
Orchestre philharmonique de Londres, Leonard Bernstein
SONY CLASSICAL

L'équipe de l'émission :