Samedi 7 juin 2014
1h 53mn

Napoléon à l'île d'Elbe

Ce matin , nous évoquerons en musique la figure de Napoléon : 1814, c’était il y a deux cents ans et c’est la date des adieux de Fontainebleau, date à laquelle Napoléon, suite à l’échec de la campagne de France, abdique et part en exil à l’île d’Elbe. Il lui restera cent jours pour tenter de reprendre le pouvoir, puis ce sera la fin du règne de l’Aigle, un personnage de l’histoire controversé mais qui a marqué durablement les esprits et l’ordre de l’Europe. Ce matin donc, du général à l’empereur, nous écouterons les musiques que ce personnage historique a inspiré aux compositeurs.

7h00 | Journal
7h40 | La Chronique du petit matin, par Antoine Mignon
7h50 | Les grands enregistrements
8h00 | Journal
8h10 | La chronique Balade dans l'art, avec le journal La Croix
8h20 | Nouveauté du disque
8h25 | Parlez-moi de musique, le souvenir musical d’un auditeur
8h30 | Le fabuleux monde des archives, par Jean-Yves Patte
8h50 | Musiques en miroir

- La chronique
par Antoine Mignon

BEETHOVEN ET L'UNIVERSALITE

Antoine Mignon conclue aujourd’hui son cycle de chroniques sur les dédicaces de compositeurs. Il a choisi de nous parler d'une sonate pour piano de Beethoven - la Sonate n°31 opus 110 - et cela pour une raison très simple : elle ne porte pas de dédicace. Plus précisément, Beethoven est revenu sur son idée première de la dédicacer à Antonia Brentano. Il ne faut pas y voir une sorte de punition de la part de Beethoven comme lorsqu’il retire à sa 3e Symphonie la dédicace à Bonaparte devenu Napoléon. Non, après avoir, dans ses dédicaces, rendu hommage à son maître Haydn comme on l’a vu précédemment, après avoir flatté ses amis et mécènes, Beethoven dédie en fait cette partition à l’humanité entière.

Extrait :

beethoven
beethoven

Ludwig van Beethoven - Sonate op. 110
Premier mouvement
Rudolf Serkin
DGG

Sorte d’adieu au monde matériel, un testament pianistique, un testament musical et spirituel, des entrailles de la terre jusqu’à la lumière absolue. L’œuvre est inhabituellement marquée par le chant, et également par une liberté d’agencement qui dépasse largement les codes classiques et entre de plain-pied dans le XIXe siècle. Voix, liberté, testament spirituel, ces mots renvoient inévitablement, lorsqu’on parle de Beethoven, à sa dernière symphonique et son Ode à la joie sur le texte de Schiller.

Extrait :

beethoven
beethoven

Ludwig van Beethoven - Symphonie n°9 op. 125
Ode à la joie
Berliner Philharmoniker
Herbert von Karajan, direction
DGG

- Balade dans l'art
par Sabine Gignoux

L'EXPOSITION NICOLAS DE STAËL AU HAVRE

Nicolas de Staël, Calais, 1954, huile sur toile
Nicolas de Staël, Calais, 1954, huile sur toile

Le musée du Havre a été inauguré en 1961 pour remplacer l’ancien musée des beaux-arts détruit dans les bombardements de 1944, comme tout le centre-ville. Et pour ça, on a fait appel à Guy Lagneau, un dissident de l’atelier d’Auguste Perret, le grand reconstructeur du Havre. A l’époque, on a demandé à Lagneau de bâtir plus qu’un musée : un lieu capable d’accueillir aussi des concerts, des spectacles, et ouvert sur la ville pour tenter d’attirer « les classes populaires ». Le résultat est un bâtiment, complètement transparent avec des façades en verre, donnant d’un côté sur la ville, de l’autre sur la mer. Il n’y a pas pratiquement pas de murs non plus, à l’intérieur, seulement de grands plateaux modulables, dont vont s’inspirer plus tard, les architectes du Centre Pompidou à Paris. Ce beau musée du Havre accueille actuellement une exposition dédiée aux paysages de Nicolas de Staël puisque l'on fête cette année le centenaire de la naissance du peintre. Le Havre, qui possède un de Staël, a donc réuni plus d’une centaine tableaux : des vues de la Manche ou de la Méditerranée, des paysages d’Ile de France ou de Sicile et ses dernières toiles brossées durant l’hiver 1955 à Antibes, dans des bleus gris très fluides… Tous ces paysages, de Staël les a peints dans les quatre dernières années de sa vie. Alors que sa peinture abstraite commence à rencontrer un vrai succès, en France et aux Etats-Unis, il décide brusquement de revenir à la nature, après avoir gravé pour le poète René Char. Le ciel, comme la mer, devient l'un de ses motifs de prédilection, avec toute une gamme de bleus, de blancs nacrés, de gris argent et des nuages effilochés au couteau.

Extraits :

Anton Webern - Deux lieder pour choeur op.19
" Weiß wie Lilien " / " Ziehn die Schafe "
BBC singers
Berliner Philharmoniker
Pierre Boulez, direction
DGG 457637-2

Sidney Bechet - Strange fruit
Sydney Bechet trio
The « Lion » Smith, piano
Everett Barksdale, guitare
MAOJ MJCD 127

- Parlez-moi de musique
par Dominique Boutel

Voici notre rubrique « Parlez-moi de musique », le moment ou nous découvrons un texte lié à la musique et envoyé par l’un d’entre vous.
Ce matin, il s’agit d’un texte de Jean-Gil Grandet.

Extrait :

Cora Vaucaire - Notre histoire
Michel Vaucaire/ Michel Emer
EMI 5204792

Modest Petrovitch Moussorgski - Une nuit sur le mont chauve
Czech Philharmonic Orchestra
Znedek Chalabala, direction
SPHN SU 4094-2

- Le fabuleux monde des archives
par Jean-Yves Patte

napoleon
napoleon

F. Paër - Le Maître de Chapelle
Lucien Fugère, baryton de l'Opéra Comique
Orchestre de l'Opéra Comique
E. Cohen, direction
Disque Columbia, Paris, 1928

Gustave Nadaud - Les Trois Hussards
Armand Narçon, basse de l'Opéra
Orchestre sous la direction d'Armand Bernard
Disque Columbia, Paris, vers 1930

Holmès-Krier - Le Rêve Passe
Chanté par D'oran (Sardet)
Orchestre de la Garde Républicaine
Disque Gramophone, Paris, 1909

- Programmation musicale

Nicolas Roze - Messe du Sacre de Napoléon
Vivat
Solistes, chœur et orchestre de la capella de St Petersbourg
Ensemble de cuivres Guy Touvron
Vladimir Tchernouchenko, direction
SCHW 3-1208-2

Domenico Puccini - Omaggio a SMI E. R Napoleone imperatoire de Francesi e Re d’Italia
Barbara Vignudelli, soprano
Rolando Fusso et Alberto pedrotti, piano forte
GB 5631-2

Carl Loewe - Sanct Helena opus 126
Morten Ernst Lassen, baryton
Cord Garden, piano
CPO CPO 999

Piotr Ilitch Tchaïkovski - Ouverture 1812, op 49
Orchestre du Theatre Marinski
Valery Guerguiev, direction
MARII MARO0503

Zoltan Kodaly - Hary Janos suite
The Battle and defeat of Napoleon
Hungarian Radio Symphony Orchestra
Adam Fisher, direction
BMC BMC CD 141

♫ ARCHIVE : LES GRANDS ENREGISTREMENTS

napoleon
napoleon

Napoleon Bonaparte évoqué par la musique et le texte
Marcel Vigneron, basse
Chorale des JMF
Orchestre des Concerts Pasdeloup
Louis Martini, direction
ACCD 200782

♫ NOUVEAUTE DU DISQUE

lewis
lewis

Franz Schubert - Sonate pour piano D 958
Menuetto / Allegro trio
Paul Lewis, piano
HMC 902165.66

♫ MUSIQUES EN MIROIR

Ludwig van Beethoven - Symphonie n° 3 « Eroica »
Scherzo / Allegro vivace
Manchester Camerata
Douglas Boyd, direction
AVIE AV2185

Ludwig van Beethoven / Franz Liszt - Symphonie n° 3 en Mi bémol majeur, opus 55
Transcription pour piano
Scherzo / Allegro vivace
Yuri martynov, piano
ZIZA ZZT 336

L'équipe de l'émission :
Mots clés :
émission précédente
samedi 31 mai 2014