Lundi 12 septembre 2016
5 min

L'orchestre de jeunes Neojiba du Brésil

La formation jouera ce soir, lundi 12 septembre, à la Philharmonie de Paris aux côtés de l’immense pianiste argentine Martha Argerich, dans le premier concerto de Chostakovitch.

Elle a été créée en 2007. « Le 20 octobre 2007 très précisément », nous confie son chef, le pianiste Ricardo Castro. Tobias Richter, le directeur du Septembre musical de Montreux, en Suisse, qui a accueilli ces jeunes en résidences à deux reprises dans son festival, ne tarit pas d’éloge à leur égard. « Il se dégage de leurs interprétations une joie et une énergie dont nous autres, européens, avons beaucoup à apprendre », dit-il.
Avatar brésilien des fameux orchestres d’El Sistema, ce programme vénézuélien d’éducation par la musique et par la pratique orchestrale dont Gustavo Dudamel fut la figure de proue, Yoba fait lui aussi partie d’un vaste programme d’éducation, qui vise majoritairement des enfants de quartiers défavorisés de l’Etat de Bahia : le programme Neojiba. Un « miracle culturel, social et pédagogique qui touche à ce jour 4 600 enfants », détaille Ricardo Castro. Et qui regroupe au total plus d’une cinquantaine d’ensembles musicaux disséminés dans une quarantaine e centre musicaux implantés dans tout l’Etat : des orchestres, bien sûr. Mais aussi des chorales, des harmonies, des fanfares ou de simples ensembles de percussions…
Avec, au sein de ces centres comme au sein de Yoba, une particularité qui fait toute la magie de Neojiba : ce sont les anciens qui enseignent au plus jeunes. Pour se faire, l’Etat de Bahia n’a pas hésité à investir dans la formation, en envoyant les premiers musiciens du Yoba ou de Neojiba se former au sein d’El Sistema, au Vénézuéla, et en faisant venir des professeurs de toute l’Europe.

Mots clés :