La chronique de Roselyne Bachelot
Magazine
Vendredi 25 janvier 2019
3 min

Alberic Magnard

Roselyne Bachelot nous parle de Alberic Magnard, un musicien en lien étroit avec l’actualité...

Alberic Magnard
Portrait d’Albéric Magnard par sa fille cadette, © Ondine Magnard

Un musicien bientôt au Panthéon ?

France Musique s’est fait à nouveau l’écho du véritable scandale que représente le fait qu’aucun musicien ne soit entré au Panthéon. 

Thierry Hilleriteau nous a conté dans le Figaro l’Incroyable saga  de l’impossible panthonéisation de Berlioz, plusieurs fois imaginée mais repoussée. 

Cette année du 150ème anniversaire de sa mort a remis cette affaire au premier plan. Mais David Madec, l’administrateur du monument, fait valoir que la panthonéisation doit relever d’un engagement au service de la France, ce qui ne serait pas le cas du grand Hector. Au passage, on pourrait faire valoir qu’être un des musiciens français les plus joués au monde est en soi un magnifique service rendu au pays, mais ne polémiquons pas ! 

Aux grands hommes, la patrie reconnaissante, lit-on sur la façade. Considérerait-on les compositeurs comme de simples baladins. Le bas-relief de David d’Angers montre bien la Patrie faisant entrer dans l’hommage de la nation les philosophes, les écrivains, les scientifiques, les artistes. 

81 personnes proposées pour une panthonéisation...

Mais parmi ceux-ci, aucun n’a donc été jugé digne de cette célébration ? En effet, il faut savoir, que 81 personnes ont été proposées pour une panthonéisation, l’hommage le plus solennel avec l’urne ou la tombe à l’intérieur de l’édifice. 

74 le sont effectivement aujourd’hui, certaines ayant été retirées comme Marat, pour d’autres le transfert n’a pas été effectué comme Descartes. Mais il existe aussi un hommage plus simple qui consiste en une inscription sur les murs, celle-ci pour plus d’un millier de personnes. Dans tout ce joli monde, pas un musicien ? Incroyable.

Pour les écrivains, par contre, plus de 500 noms d’écrivains « morts pour la France » sont portés sur les murs. Au fait, des musiciens morts pour la France, il y en a aussi comme les organistes Joseph Boulnois et René Vierne pendant la guerre 14-18 ou Maurice Jaubert pendant la guerre de 39-45 et bien d’autres. 

Mais c’est sur la personnalité d’Albéric Magnard que Roselyne Bachelot souhaite insister. 

Albéric Magnard, qui était-il ?

Il fut surnommé le Bruckner Français et a composé une œuvre d’une exceptionnelle qualité, dont 4 symphonies, la 4ème étant particulièrement remarquable, mais aussi des sonates, des mélodies, un opéra. Mort pour la France à 49 ans en 1914, il mériterait au moins une inscription sur les murs du mausolée national. 

Mais il fit beaucoup mieux au service de la France pour laquelle il est mort. Il ne se contenta pas d’écrire des articles pour soutenir Alfred Dreyfus mais démissionna de l’armée pour affirmer sa conviction dreyfusarde et composa un Hymne à la justice en soutien au capitaine. 

Roselyne Bachelot n’oublie pas que sa 4ème symphonie composée en 1913 fut dédiée à une organisation féministe. 

Musicien remarquable, homme de conviction capable des plus grands sacrifices pour les affirmer, esprit précurseur des combats pour l’égalité entre les hommes et les femmes, Albéric Magnard mérite bien la reconnaissance de la patrie. 

L'équipe de l'émission :