La chronique de Roselyne Bachelot
Magazine
Vendredi 11 janvier 2019
3 min

Michel Houellebecq romancier et parolier

La saison littéraire depuis la rentrée de septembre n’a pas été flambante et c’est dire si la sortie du nouvel opus de Michel Houellebecq, Sérotonine, était attendue avec gourmandise. Au moins, au niveau du battage médiatique nous n’avons pas été déçus.

Michel Houellebecq romancier et parolier
Michel Houellebecq le 26 septembre 2016 à Berlin. , © Michele Tantussi /Getty

Le style Houellebecquien

On connait son style plat si particulier, mélange de détails prosaïques et de passages ampoulés, ne répugnant pas à plagier de grands auteurs. 

Depuis la parution de son premier roman en 1994, Extension du domaine de la lutte, la polémique fait rage : Houellebecq est-il le plus grand écrivain français de ce début de XXI° siècle ou un nul, pur produit d’une imposture médiatique ? 

Chacun jugera mais j’ai choisi mon camp : Michel Houellebecq est un grand.

Ce qu’on sait moins, c’est que cet auteur qui a produit une œuvre considérable s’est d’abord fait connaitre comme poète, récompensé par le prix Tristan Tzara en 1992 pour La poursuite du bonheur et en 1994 par le Prix de Flore pour le recueil Le sens du combat. 

Une carrière de musicien

Ce qu’on sait encore moins, c’est que Michel Houellebecq dès 1996 commence une carrière de musicien à l’initiative du compositeur Bertrand Burgalat qui n’hésite pas à le comparer à James Brown … Il compose des textes toujours aussi cafardeux  sur une musique rock psychédélique et les amateurs se souviennent de ses débuts sur scène d’abord au Festival Aquaplanning de Hyères puis au Festival de la route du rock à Saint-Malo. Je doute que cela puisse lui valoir un quelconque disque d’or mais il a le mérite de la bonne volonté.

Par contre je vous recommande le chapitre remarquable qu’il a écrit en 2000 sur Neil Young dans le Dictionnaire du rock Collection Bouquins chez Robert Laffont : c’est une petite merveille d’intelligence et de compréhension avec une recherche des correspondances très subtile qui l’emporte à trouver des liens avec les Winterreise de Schubert par exemple.

Ses compositions ont inspiré des figures emblématiques de la musique

Son style si particulier inspire des artistes comme Iggy Popp dans son album Préliminaires et ses écrits sont également repris par le groupe allemand Helium Vola dans un style electro-médiéval  

Et puis, ses poèmes se prêtent admirablement à la composition moderne. Certains disent même comme Jean-Louis Aubert que c’est du « prêt à chanter ». C’est fortuitement que l’ex-chanteur de Téléphone trouve le recueil de poèmes titré Configuration du dernier rivage sur un présentoir dans un bar-tabac. Il est emballé, veut rencontrer Houellebecq et ça marche tout de suite entre eux. 

Aubert sort un album appelé Les parages du vide avec plusieurs textes de Houellebecq comme Isolement ou Novembre. Auparavant, il s’est rendu chez l’écrivain, après le premier titre, celui-ci se lève, l’embrasse et dit : c’est mieux que ce que j’ai écrit ! C’est une véritable histoire d’amour entre Houellebecq et Aubert…

Si La possibilité d’une île a inspiré Iggy Popp ou Jean-Louis Aubert, c’est à une autre artiste que va ma préférence –et n’y voyez aucun clin d’œil politique- c’est bien Carla Bruni-Sarkozy dans son album paru en 2008. La musique hypnotique qu’elle a composée colle admirablement au texte de Michel Houellebecq qu’on découvre ainsi sous un autre jour. 

L'équipe de l'émission :