La chronique de Guillaume Tion
Magazine
Mercredi 20 novembre 2019
2 min

La Légende du Roi Dragon d'Arthur Lavandier

Cette semaine, Guillaume Tion était à Bordeaux pour un opéra contemporain pour enfants d'Arthur Lavandier, La Légende du Roi Dragon.

La Légende du Roi Dragon d'Arthur Lavandier
La scène de l'Opéra de Bordeaux, pour la Légende du Roi Dragon, © Eric Bouloumié

Jusqu’à ce soir est présenté un opéra contemporain pour enfants, la Légende du roi Dragon. L’oeuvre est adaptée d’une légende asiatique. Elle a été mise en musique et librettisée par Arthur Lavandier, mise en scène par Johanne Saunier, dirigée par Marc Marc Leroy Calatayud, interprétée par une équipe de cinq chanteurs menée par Alix le Saux.  Autour de tous ces artistes se sont aussi glissés sur le plateau 209 enfants...

Cet opéra a été créé l’an dernier à Lille et est aujourd’hui présenté à Bordeaux, maison coproductrice. Ce sont donc quatre écoles et quatre collèges de la région qui ont été sollicités pour fournir ce paquet de glottes efflorescent. Les bambins ont régulièrement répété toute l’année dernière avant d’apparaître sous les spots de l’Opéra de Bordeaux. En plus d’une commande lyrique contemporaine pour enfants, ce roi dragon se pose aussi en gigantesque outil d’action culturelle, avec chorale pour tous et prolongement de cours de chant : toutes les cases sont cochées.

Le livret, adapté d’un conte nommé P’ansori, nous assène trois millénaires de sagesse sino-coréenne. Lavandier, qui avait découvert un P’ansori scénique à Paris, s’est passionné sur le sujet et est incollable sur les diverses modifications de l’histoire. Résumons, pour que les parents puissent suivre tranquillement : sous l’eau, le roi dragon se meurt. Pour le sauver, il lui faut du coeur de lapin. Un soldat, le soldat Tortue, est chargé se rendre sur terre, de capturer un lapin et de le rapporter dans les abysses. Evidemment, c’est la rencontre avec l’altérité, l’acceptation de l’autre dont il s’agit.

Quant à la musique, Arthur Lavandier a bricolé un peu de tout, et tout à fait naturellement sa musique avance avec l’allant d’une comptine ou d’une chanson sans cesse relevée de brillantes dissonances. Malgré le volume de texte, les enfants s’en sortent très bien pour une première. Vous pourrez encore les écouter ce soir au Grand Théâtre de Bordeaux. Félicitations à eux.

L'équipe de l'émission :