Vendredi 17 décembre 2021
2 min

Abandon du projet de Cité de la musique de Genève : retour sur une occasion manquée

Mercredi 8 décembre, La Fondation pour la Cité de la musique de Genève annonçait dans un communiqué qu'elle abandonnait définitivement le projet qui prévoyait de réunir la Haute École de musique de Genève et l’Orchestre de la Suisse romande dans un nouveau bâtiment.

Abandon du projet de Cité de la musique de Genève : retour sur une occasion manquée
Image de synthèse du projet de Pierre-Alain Dupraz pour la Cité de la musique de Genève, © Fondation pour la Cité de la musique de Genève

Depuis sa naissance l’Orchestre de la Suisse Romande joue dans la salle historique du Victoria Hall, pleine de charme mais, construite à l’origine pour l’harmonie nautique et donc beaucoup trop exiguë pour le grand répertoire symphonique fin XIXe/début XXe. Armin Jordan, déjà, disait sa frustration de ne pouvoir jouer la 8e de Mahler à Genève. Dans le même temps, la Haute Ecole de Musique de Genève, une des meilleures d’Europe, étouffe dans des locaux vétustes et exigus. Pour y remédier, l’idée d’une Cité de la musique, sur le modèle de Paris, Rome, Barcelone ou Helsinki, a germé dans l’esprit de Bruno Mégevand, un avocat passionné de musique, président de la Société Gustav Mahler. Un financement privé a été trouvé à hauteur de 300 Millions de Francs Suisses, ainsi qu’un site, les Feuillantines. Seulement voilà : la votation qui s’est tenue en juin dernier dans le canton de Genève a vu la victoire du Non à 50,8%, soit 850 voix d’avance… Très hétérogènes, les opposants vont des écologistes aux populistes conservateurs de l’UDC. Les arguments : écologiques (il faut abattre des arbres sur le site prévu) et de politique culturelle (l’habituel reproche d’élitisme fait à la musique classique et l’exclusion des musiciens indépendants et des musiques actuelles).

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les griefs étaient aisément rattrapables en amendant le projet d’origine, ce que ses concepteurs avaient commencé à faire, mais les oppositions étaient trop virulentes et le projet vient d’être abandonné malgré le soutien du Conseil national, gouvernement du Canton de Genève. Pour la plus grande consternation de l’Orchestre de la Suisse Romande et du Conservatoire. Belle occasion manquée de faire passer les infrastructures genevoises d’un niveau provincial à un niveau international. Selon Alexandre Demidoff, grand journaliste culturel du quotidien Le Temps, ce n’est pas la première fois qu’un grand projet culturel est abandonné par frilosité, « fatalité calviniste » : « comme d’habitude Genève s’est fouetté en public et ça fait mal », conclut-il dans son journal.

L'équipe de l'émission :