Lundi 25 octobre 2021
2 min

Nomination de Louis Langrée : un vent nouveau souffle sur l'Opéra Comique

Antoine Pecqueur revient ce matin sur la nomination du chef d'orchestre Louis Langrée, appelé à diriger l'Opéra Comique à Paris. Mais quel est précisément le projet du maestro pour le théâtre lyrique ?

Nomination de Louis Langrée : un vent nouveau souffle sur l'Opéra Comique
Le chef d'orchestre Louis Langrée vient d'être nommé à la tête de l'Opéra-Comique à Paris, © Chris Lee

Cette nomination était très attendue ! Olivier Mantei, l’actuel directeur de l’Opéra Comique, prend la direction de la Philharmonie de Paris en novembre, c’est-à-dire dès le mois prochain. La période de transition avec son successeur va donc être extrêmement courte...
Le processus de recrutement semble en fait avoir un peu patiné ces dernières semaines, pour ne pas dire ces derniers mois. Il avait pourtant bien commencé : le recrutement était transparent, avec un appel à candidature mis en ligne. Mais l’Etat a semble-t-il longtemps tergiversé, entre les favoris du ministère de la Culture, ceux de l’Elysée.
Ce qui est assez étonnant, c’est que le communiqué de nomination annonce Louis Langrée comme directeur de l’Opéra Comique. Or le projet était porté en binôme par Louis Langrée et Chrysoline Dupont, qui est la directrice de la programmation de l’Orchestre de chambre de Paris. Il a été co-rédigé par les deux. Il faut attendre les dernières lignes du communiqué du ministère pour comprendre que Chrysoline Dupont rejoindra bien l’équipe de l’Opéra Comique. Il est dommage qu’en cette période où le secteur doit rattraper son retard en matière d’égalité femmes-hommes à la tête des structures, l’Etat n’ait pas davantage joué cette carte du binôme. Il semble que l’image de l’homme providentiel a encore de beaux jours devant elle dans le monde de la culture.

Quel changement va apporter cette nouvelle direction à l’Opéra Comique ?

Après avoir consulté le projet de candidature de Louis Langrée et Chrysoline Dupont, on constate plusieurs axes qui construisent la programmation. Tout d’abord, on remarque la création d'un cycle de tragédie lyrique française, aussi bien baroque que romantique ; des liens devraient être même faits sur ce répertoire avec la Comédie Française. Egalement, la création contemporaine occupera aussi une belle place notamment féminine.
Une programmation d’opérette viendra quant à elle tisser des liens avec d’autres styles musicaux, jusqu’au rap.
Au total, il y aura sept productions par saison, Louis Langrée en dirigera trois par saison ; il est d’ailleurs déjà très régulièrement invité. Les ensembles spécialisés seront bien représentés. Et du côté des voix, le focus sera mis sur les jeunes talents, comme d’ailleurs le faisait déjà Olivier Mantei.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Un projet économique raisonné

Dans leur projet, Louis Langrée et Chrysoline Dupont appellent à repenser le modèle de la production lyrique. Ils veulent augmenter le nombre de lever de rideau. Une gageure l’économie même de l’opéra et la fameuse loi de Baumol, qui théorise la fatalité des coûts croissants. Mais pour y parvenir, l’idée est de fidéliser de jeunes chanteurs, avec éventuellement des rémunérations mensuelles. L’alternance des spectacles est aussi envisagée. Le but est de faire des économies d’échelle, et aussi de miser sur le financement privé. Louis Langrée, qui a fait une grande partie de sa carrière aux Etats-Unis, où il a été chef de l’Orchestre de Cincinnatti, est familier de la philanthropie.
Le numérique et l’écologie figurent aussi parmi leurs priorités. Un programme attirant sur le papier, qui fait de l’Opéra Comique un peu un laboratoire, pour mieux aussi se distinguer de son voisin parfois encombrant qu’est l’Opéra de Paris. 

L'équipe de l'émission :