Lundi 6 décembre 2021
2 min

La culture : grande oubliée dans les pays du Golfe ?

Emmanuel Macron était en déplacement ce week-end dans les pays du Golfe, où il était accompagné de Roselyne Bachelot. La culture était donc un sujet important lors de cette visite diplomatique. Mais comment se porte véritablement la culture dans ces pays ?

La culture : grande oubliée dans les pays du Golfe ?
Roselyne Bachelot et Emmanuel Macron en déplacement aux Émirats arabes unis afin de signer la prolongation du Louvre Abu Dhabi, © AFP / Thomas SAMSON

Le déplacement du Président de la République fut l’occasion de signer la prolongation de l’accord intergouvernemental entre la France et les Emirats Arabes Unis au sujet du Louvre Abu Dhabi. Un accord prolongé donc jusqu’en 2047.
Les deux pays y trouvent leur compte. Rappelons le, la France a vendu à Abu Dhabi la marque Louvre 1 milliard d’euros, une manne d’argent inespérée pour l’institution culturelle. Et de son côté, l’émirat s’achète lui les faveurs diplomatiques de la France, qui a un siège au conseil de sécurité des Nations Unis. Comme pour symboliser parfaitement ces intérêts géopolitiques, le Louvre Abu Dhabi est situé juste en face de la base militaire française.

Mais la culture est totalement oubliée  ; car ce n’est pas l’objectif. En confiant leurs projets culturels aux puissances occidentales, les pays du Golfe mettent à l’écart toute volonté d’émancipation artistique au sein de leurs propres populations, qui pourraient favoriser l’émergence de mouvements de contestation dans la lignée des révolutions arabes ; c’est la grande crainte des états de la région. Les moindres opposants au régime sont incarcérés dans des conditions inhumaines, mais ça Roselyne Bachelot ne l’a pas vraiment évoqué.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Abu Dhabi n’est pas le seul pays de la région où la France intervient sur le plan culturel…

Effectivement, il y a aussi l’Arabie Saoudite. La France réalise un projet encore bien plus important : la transformation du site archéologique d’Al-Ula, au nord-ouest du pays, en un vaste complexe culturel et touristique. Le but est de favoriser les entreprises françaises : Accor par exemple pour l’hôtellerie.
Là aussi, la question culturelle n’est qu’un prétexte. La France profite des monarchies autoritaires du Golfe pour obtenir des marchés, qu’ils s’agissent de vente de Rafale ou de construction de musées. Et en face, les pétro-monarchies cherchent à améliorer leur image avec cette caution culturelle, faire oublier par exemple que Mohammed Ben Salman, le prince héritier saoudien, a fait ordonner l’assassinat d’un certain Jamal Khashoggi dans l’un de ses consulats.
En le rencontrant ce week-end, Emmanuel Macron aura d’une certaine façon réhabilité MBS. Joe Biden, le président américain, lui s’y refuse. En ce lundi matin, le bilan diplomatique de la France ressort terni.

L'équipe de l'émission :