Samedi 27 mars 2021
5 min

Rosetta Tharpe, la marraine du rock'n'roll

Et si le rock'n'roll était né avec elle ? La guitariste et chanteuse américaine Rosetta Tharpe a porté le répertoire gospel en lui apportant des notes de jazz, de swing et de blues. Un mélange qui a inspiré les plus grands noms du rock'n'roll après elle.

 Rosetta Tharpe, la marraine du rock'n'roll
Rosetta Tharpe lors d'une performance au Blues and Gospel Caravan Tour en Angleterre, 1964, © Getty / Tony Evans/Timelapse Library Ltd.

Elle s’appelle Rosetta Tharpe, son nom commence à être un peu connu grâce notamment à une biographie en français sortie en janvier cette année, livre signé Jean Buzelin, et au titre évocateur : Rosetta, la femme qui inventa le rock’n’roll. Pour arriver à cette conclusion, il faut revenir au début de l’histoire : Rosetta naît le 20 mars 1915 à Cotton Plant en Arkansas. Fille de métayers et de fervents croyants de l’Eglise itinérante de Dieu dans le Christ, la jeune Rosetta suit ses parents sur la route et écoute sa mère chanter lors des tournées d’évangélisation. 

Influence de sa musique sur les grands noms du rock'n'roll

A 6 ans, elle aussi se met à interpréter ce répertoire gospel et apprend la guitare. Sa voix vibre naturellement et déjà cette petite fille a tout le potentiel d’une future grande musicienne. Sa carrière décolle d’ailleurs très vite. En 1938, elle a alors 23 ans, le label Decca décide de l’enregistrer. Quatre titres sont gravés dont Rock me qui deviendra un de ses tubes. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le morceau semble tout de même un peu loin du gospel traditionnel… Mais c’est la pâte de Rosetta Tharpe : mélanger les genres. Elle reste sur un répertoire qu’elle connaît et affectionne, le gospel, mais il y ajoute des rythmes blues, jazz, swing même et quand on entend certains de ses titres, on comprend mieux pourquoi on l’a surnommée “la marraine du rock’n’roll” notamment quand on écoute That's all. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Ce titre That’s all, sera le premier qu’elle enregistre avec une guitare électrique. Instrument qu’elle utilisera beaucoup par la suite ce qui donne des vidéos mémorables où l’on voit Rosetta Tharpe en tailleur chic avec sa guitare faire des solos et des rythmes qui inspireront les plus grands noms du rock’n’roll : Elvis Presley, Chuck Berry, Jerry Lee Lewis ou encore Johnny Cash. 

Du gospel au blues

La musicienne enregistre des albums, mais elle joue aussi sur scène cette musique gospel revisitée, ce qui ne plaît pas toujours aux institutions religieuses… D’autant que la chanteuse rencontre à la fin des années 40 une voix avec qui elle s’accorde bien, celle de Marie Knight. Toutes les deux vont partir en tournée dans le sud des Etats-Unis, ce qui va lancer la rumeur, peut-être véridique, d’une relation homosexuelle. Ce duo va produire de nombreux tubes comme Gospel Train ou encore Up above my head. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Au début des années 50, les deux chanteuses vont définitivement provoquer l’Eglise en enregistrant cette fois des titres 100% blues. Un geste qui va presque mettre un terme à la carrière de Rosetta Tharpe, en tout cas aux Etats-Unis. Mais elle retrouve un public en Europe, notamment en France. Elle donne par exemple un concert à la Maison de la radio en mai 1964. 

La figure de Rosetta Tharpe a été oubliée après sa mort prématurée à l'âge de 58 ans. Mais son nom et sa musique ont été réhabilités notamment grâce à l'édition de tous ses enregistrements par le label français Frémeaux & Associés, puis par son intronisation au Rock'n'roll of fame et enfin avec une brève apparition dans le film Amélie Poulain où l'on peut l'apercevoir à la télévision dans un documentaire. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :