Samedi 29 février 2020
5 min

Nagaland, Sri Lanka, Liban, Cambodge : les chants traditionnels d'une chorale d'étudiantes asiatiques

A Chittagong (Bangladesh), une université pour femmes rassemble des étudiantes de toute l’Asie. Dans ce cadre, et avec le soutien de l'Alliance française, une soixantaine de filles se retrouve pour chanter dans une chorale. Certaines ont souhaité partager quelques-uns de leurs chants traditionnels.

Nagaland, Sri Lanka, Liban, Cambodge : les chants traditionnels d'une chorale d'étudiantes asiatiques
La chorale de l'Asian University for women en concert à Chittagong, © Radio France / A.deLaleu

A Chittagong au Bangladesh, des jeunes filles originaires d’Afghanistan, d’Inde, de Birmanie, de Syrie, du Sri Lanka, du Bhoutan, de Chine, du Cambodge, d’Indonésie étudient à l’Asian University for Women, une université qui rassemble des étudiantes de toute l’Asie donc, et leur permet de sortir souvent d’une grande précarité, parfois de mariages forcés. Après 5 ans d’études gratuites, elles peuvent poursuivre ailleurs ou trouver un travail. Parmi toutes ces étudiantes, certaines chantent dans une chorale.

La chorale en concert à Chittagong
La chorale en concert à Chittagong, © Radio France / A.deLaleu

En décembre dernier, lors d'une tournée en Inde, les jeunes fille sont interprété un chant du Nagaland, état du nord-est de l’Inde. Un chant rapporté par une des étudiantes, Chichano Humtsoe originaire de l’ethnie des Lotha au Nagaland. Cette région comprend 84% de tribus, la culture ethnique est donc encore très présente. D'ailleurs les quelques étudiantes du Nagaland présentes dans la chorale portaient les tenues traditionnelles de chez elles pour les concerts, avec de larges colliers et boucles d’oreille rouge et blanc.

Du Liban au Cambodge

La chorale chante sous la direction de Selvam Thorez, directeur de l’Alliance française au Bangladesh et porteur de ce projet assez unique. Il a souhaité faire entendre des musiques traditionnelles, celles des régions d’où viennent les étudiantes, mais celles aussi qu’elles aiment et qu’elles écoutent comme des musiques interprétées par la chanteuse libanaise Fairuz. 

Les étudiants connaissent aussi des chants traditionnels religieux, comme Sophom Saat, Cambodgienne, qui interprète un chant bouddhique. Un chant qui raconte la lamentation du futur Bouddha qui exprime son désarroi : il réalise que lorsqu’il mourra, il ne pourra pas s’occuper de ses parents aveugles qui mourront à leur tour. 

Enfin, dernier chant à entendre dans cette chronique : il vient du Sri Lanka, c’est Pathini Anuththara, 24 ans, qui l'inteprète. Ce chant raconte le voyage dans les temps anciens, de ‘nos peuples’, d’après ses mots, des voyages souvent longs et éprouvants.

Les étudiantes et choristes de l'Asian University for women en concert à Dacca
Les étudiantes et choristes de l'Asian University for women en concert à Dacca, © Radio France / A.deLaleu

Tournée birmane

Ce dernier a été enregistré en Birmanie, où la chorale a fait une petite tournée, après quelques nuits blanches dans le bus puis dans l’avion. Tout ça à quelques jours d’examens importants pour la plupart d’entre elles. Mais même avec toutes ces contraintes, les étudiantes arrivaient à tout donner sur scène, et avec le sourire. 

Pour cette tournée en février, pas de chants traditionnels au programme mais un répertoire classique occidental avec notamment le Magnificat de Vivaldi, accompagné par un ensemble français : Son Ar Mein. Pour en savoir plus sur cette tournée, un reportage sera diffusé dans le Classique Info de Sofia Anastasio vendredi 6 mars prochain. 

L'équipe de l'émission :