Samedi 24 avril 2021
5 min

Calypso Rose, la voix engagée de Trinité-et-Tobago

Calypso Rose, originaire de Trinité-et-Tobago, s'est fait connaître grâce à son entrée dans le monde très masculin du calyspo, genre musical typique de ces îles des Caraïbes. Elle utilise ses chansons pour faire passer des messages, notamment en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes.

Calypso Rose, la voix engagée de Trinité-et-Tobago
Calypso Rose fête cette année 2021 ses 81 ans et compte bien remonter sur scène dès la réouverture des salles. , © Getty / Toni Anne Barson

Mardi 27 avril, la chanteuse Calypso Rose fête ses 81 ans. Linda McArtha Monica Sandy-Lewis naît sur l’île de Tobago dans les Caraïbes. Elle commence à écrire des chansons dès l’âge de 15 ans et va se frotter au genre très masculin du calypso, mélange d’influences africaines et occidentales, musique qui va lui donner son nom de scène : Calypso Rose. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Toujours active dans le monde de la musique, en 2016 elle enregistre un titre qui fait un carton : Abatina. Cette chanson traditionnelle de Trinité et Tobago, a été reprise dès les années 30, puis réécrite par un canadien d’origine trinidadienne, Drew Gonsalves. C’est cette version que Calypso Rose écoute un jour et souhaite faire figurer dans son album Far from home

Les paroles engagées du calypso

Derrière le rythme chaloupé typique du calypso, se cachent des paroles très dures. La chanson raconte l’histoire d’un homme riche et violent qui abuse physiquement et psychologiquement de sa femme plus jeune que lui. Ce combat pour les droits des femmes, Calypso Rose le porte dès le début, notamment avec une autre chanson, No Madam.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Nous sommes dans les années 70’, Calypso Rose est alors une figure du calypso, elle s’est fait un nom, a remporté de nombreux concours face à des artistes essentiellement masculins, et c’est la première femme à devenir ‘Calypso King’ du célèbre carnaval annuel de Trinité et Tobago. Calypso Rose devient d'ailleurs une reine plus qu'un roi. Une reine avec du pouvoir. Sa chanson No Madam dénonce les conditions misérables des domestiques sur ses îles natales et va permettre qu’en 1974, de nouvelles lois soient votées pour augmenter le salaire minimum de ces travailleurs qui sont souvent des travailleuses. 

Un engagement lié à son vécu 

Son engagement vient notamment de son enfance difficile. Le contexte familial dans lequel elle grandit n’aide pas. Calypso Rose vient d’une famille de 13 enfants et à l’âge de 9 ans, fautes de moyens et parce que sa tante n’arrivait pas à avoir d’enfants, elle est confiée à cette femme et son mari qui vivent sur l’île de Trinidad. Quand elle commence à s’intéresser à la musique de son pays, le calypso, son entourage familial la freine. C’est une musique du diable et certainement pas une musique pour les jeunes filles. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Son premier calypso, elle le compose après avoir assisté à un spectacle où deux musiciennes sont écartées de la scène par un homme. Dès ces premiers titres, les paroles parlent des inégalités femmes/hommes et elle donne toujours une place importante à la vie et au vécu des femmes. Dans le titre You must get a man par exemple, un de ses premiers enregistrements dans les années 60, elle chante : “Take your time, you will get a man” ("prends ton temps, tu trouveras un homme"). 

Le calypso exploitée hors de Trinité-et-Tobago 

On l’appelle la reine du calypso mais ce genre musical a été popularisé dans le monde dans les années 40 par d’autres femmes comme le trio vocal américain The Andrews Sisters qui reprend le titre Rum and Coca Cola, standard de Trinité et Tobago et en font un succès planétaire. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

La chanson à l’origine a été écrite et enregistrée par un grand chanteur de calypso, Lord Invader, en 42. Complètement invisibilisé par la reprise des Andrews Sisters, ce qui a amené une condamnation en justice et une réparation. 

L'équipe de l'émission :