Samedi 9 janvier 2021
5 min

Elizabeth Cotten, le blues au bout des doigts

La guitariste américaine Elizabeth Cotten aurait pu ne jamais être connue... Le monde aurait alors été privé d'une belle histoire, celle d'une petite fille gauchère qui rêve de jouer de la guitare, en achète une avec ses économies et se met à apprendre seule en prenant l'instrument à l'envers.

Elizabeth Cotten, le blues au bout des doigts
La guitariste Elizabeth Cotten en 1977., © Getty / The Estate of David Gahr

Elizabeth Cotten, guitariste américaine, est née le 5 janvier 1893 en Caroline du Nord. Cetteguitariste avait la particularité d’être gauchère et de jouer sur une guitare normale mais à gauche, ce qui donnait un style inimitable.

Elizabeth Cotten, appelée aussi “Libba”, a très vite été attirée par la musique : elle piquait le banjo de son frère pour s’entraîner. L’année où elle reçoit ses premiers salaires, c’est-à-dire l’année de ses 9 ans. Pour le contexte : nous sommes aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle, Elizabeth est une petite fille noire donc elle quitte rapidement l’école pour travailler. Avec son argent elle s’achète donc sa première guitare qu’elle nomme Stella. 

Le Cotten Style

En tant que gauchère et autodidacte elle s’adapte. Elizabeth prend donc la guitare pour droitiers dans l’autre sens : les cordes aigus se retrouvent en haut et les cordes graves en bas. Concrètement, elle se met donc à jouer les notes basses avec l’index et les mélodies dans l’aigu avec le pouce. Cette méthode portera un nom plus tard, le Cotten style ou Cotten Picking, du nom d’une technique de jeu à la guitare très utilisée pour jouer du blues. 

Elizabeth Cotten a failli ne jamais être connue et son succès est très tardif. Elle se marie à 15 ans, elle a une petite fille et elle travaille en tant que domestique ou dans des magasins… Et elle est très croyante, or l’église lui recommande de ne pas jouer de guitare ni de chanter ces musiques qu’elle apprend à l’oreille ou qu’elle compose. Donc pendant 25 ans, elle arrête tout, jusqu’à sa rencontre un peu par hasard avec une famille très mélomane, les Seeger. 

Premier enregistrement, premier succès

Elle commence à travailler chez eux comme nounou et aide ménagère. Un jour, quelques années plus tard, elle emprunte discrètement une guitare qui traîne dans la famille et elle se met à chanter et jouer une chanson, sa chanson, Freight Train, écrite et composée quand elle avait 10 ans. 

Quand les Seeger entende ça et voit sa technique si particulière, ils décident de l’enregistrer. Et ils ont l’oreille puisque cette chanson, Freight Train, deviendra son plus grand succès. Elizabeth Cotten raconte qu’elle a imaginé cette chanson pour se divertir quand elle devait couper du bois avec son frère. Elle aimait se souvenir des jeux qu’elle faisait sur les rails des trains et a inventé cette chanson qui fera d’elle une légende.

Une carrière tardive mais couronnée de succès

Avec l’appui et le soutien de la famille Seeger, Elizabeth Cotten enregistre, en 1958, son premier disque, Freight train et autres chansons folkloriques de la Caroline du Nord. Elle a alors 62 ans. Rien ne l’arrête, elle part en tournée, elle donne des concerts, participe à des festivals dans tout le pays et elle continue surtout d’enregistrer d’autres chansons dans lesquelles elle met à contribution sa famille comme dans Shake sugaree, où l’on peut entendre la voix de sa petite-fille, Brenda Evans.

La carrière tardive d’Elizabeth Cotten a été récompensée. La guitariste a reçu notamment un Grammy Awards pour son album Elizabeth Cotten Live. Mais la plus grande récompense, c’est celle de tous les guitaristes qui continuent aujourd’hui de s’inspirer à la fois de son style mais aussi de sa méthode si particulière mais qui a révolutionné le monde de la guitare. 

L'équipe de l'émission :