Samedi 7 septembre 2019
5 min

Les jeux vocaux des Inuites

On les appelle 'chants de gorge' mais ce sont avant tout des jeux. Des jeux vocaux que les Inuites ont pratiqué pendant longtemps avant qu'ils soient interdits puis réhabilités dans les années 60. Un jeu entièrement féminin et à la sonorité exceptionnelle.

Les jeux vocaux des Inuites
Un glacier dans le Canada Arctique , © Getty / picture alliance / Contributeur

Cap sur l’arctique canadien, une région majoritairement peuplée par les Inuits, que l’on retrouve aussi en Alaska, au Groenland ou encore au nord de la Russie... Dans cette région du monde, on y découvre les jeux vocaux, que l'on a longtemps appelé chants de gorge, à tort. Dans la culture inuite, ce ne sont pas des chants, mais bien des jeux. Le principe est simple : deux femmes se tiennent face à face, leurs visages sont proches, elles entament un motif vocal, et la première qui se trompe, qui n’a plus de souffle ou qui rigole a perdu...

Un jeu exclusivement féminin. Dans la tradition inuite, ce sont les femmes qui font ces joutes vocales, et il se pourrait, d’après notamment les travaux de l’ethnomusicologue Jean-Jacques Nattiez, qu’auparavant ces jeux vocaux avaient une fonction chamanique qui permettaient aux femmes inuites d’invoquer les bons esprits pour que la chasse menée par les hommes soit fructueuse.

On peut se demander quel est le rapport entre ce chant de gorge et les animaux ? La réponse se trouve dans certains enregistrements où si l'on tend l’oreille, on peut entendre des bruits de la nature, des pas sur la neige, des cris de chiens, de phoque ou d’oies… 

Ce jeu vocal varie selon les régions. Dans certaines communautés, les femmes ont un texte sur lequel s’appuyer pour débuter les motifs. Mais dans d’autres endroits, c’est un mot, un cri d’animal, un son, un nom d’ancêtre, une onomatopée qui est utilisé et répété jusqu’à ce qu’une des femmes perde la partie… 

Des jeux vocaux techniques...

Parlons maintenant technique parce qu’arriver à produire ces sons-là demande un sacré entraînement. Les femmes inuites utilisent des sonorités différentes : des sons voisés, c’est à dire qui font vibrer les cordes vocales, des sons non voisés et, on l’entend, il y a une alternance entre des sons inspirés et expirés. C’est aussi ça la difficulté : arriver à tenir sur le long terme en suivant une certaine cadence, sachant qu’une des deux participantes peut à tout moment changer de motif et il faut que l’autre suive… 

Aujourd’hui les jeux vocaux ne sont plus pratiqués en tant que tels chez les Inuits. Le mythe de l’inuit dans son igloo vêtu de peau de phoque qui vit de la pêche et de la chasse est un peu dépassé. La réalité est bien plus difficile, dans certaines régions le taux de suicide est trois fois plus élevé que chez les non-autochtones et ces populations du grand nord sont les premières touchées par le réchauffement climatique, deux fois plus rapide en Arctique que dans le reste du monde.

Ces jeux vocaux, qui ont longtemps été interdits par le christianisme, reviennent de plus en plus sur le devant de la scène à travers des concerts, des concours, et des personnalités : des chanteuses inuites qui veulent faire découvrir leur culture et leur langue. Des jeux vocaux transmis oralement de femmes en femmes sur des générations, et qui trouvent un écho auprès des plus jeunes qui ne veulent pas voir leurs traditions disparaître et donc portent haut et fort la culture inuite.

L'équipe de l'émission :