Mardi 23 novembre 2021
2 min

Ce n’est pas de la musique, ni de la danse ou du théâtre, c’est Meredith Monk

A la fois compositrice, chanteuse, performeuse, danseuse... L'œuvre de l'artiste américaine Meredith Monk reste inqualifiable, elle-même n'étant pas la plus à l'aise à mettre des mots sur ses créations et surtout dans ses créations.

Ce n’est pas de la musique, ni de la danse ou du théâtre, c’est Meredith Monk
Meredith Monk en 2015, © Getty / Hiroyuki Ito

Tout ce qui est écrit sur elle semble souvent tomber à côté de la plaque. Meredith Monk ce n’est pas de la musique, ce n’est pas de la danse, ce n’est pas du théâtre, ce n’est pas de l’opéra, et en même temps c’est un petit peu tout cela à la fois, Meredith Monk c’est Meredith Monk. 

Pas étonnant que sa manière de communiquer passe par les sons et le corps, jamais par les mots, ou rarement. Dans son œuvre, la voix n’est pas un outil de parole, c’est un instrument. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Des messages sans paroles

Pourtant, les messages sont bien présents dans sa création. Ils sont politiques, engagés et ancrés dans le réel. Par exemple, en 2013, elle compose On Behalf of Nature, pour 8 voix solistes et ensemble. Une œuvre qui parle d’écologie, sans en parler vraiment. 

Pour faire passer ses messages, elle procède donc tout en subtilité. On Behalf of Nature ouvre avec quelques notes de piccolo. C’est une allusion à la flûte traditionnelle sri lankaise utilisée lors de rituels chamaniques pour ouvrir la porte aux Dieux, à l’univers. Ce piccolo sert à la fois d’introduction, d’ouverture, mais aussi de clin d'œil aux cultures traditionnelles du monde entier. Meredith Monk s’inspire des figures chamaniques qui arrivent à guérir mais aussi à incarner des énergies ou des êtres qui n’ont pas la possibilité de s’exprimer. Et comment ils le font ? Eh bien en danse et en musique, comme Meredith Monk. 

Une artiste sensible aux questions écologiques et féministes

Evidemment l’artiste new yorkaise ne prétend apporter des réponses toutes faites aux enjeux du 21e siècle. Elle parle de contemplation plus que d’action, de guérison et de clarté, plus que d’affront. 

Mais concrètement, elle agit. Dans On Behalf of nature, elle demande aux interprètes d’apporter des vêtements de chez eux pour faire les costumes sur scène. Pas d’achat, pas de gaspillage. Et dans un de ses derniers projets, Cellular Songs, elle parle des femmes et choisit un casting 100% féminin. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Dans le titre Happy Woman, tout commence par un court enregistrement qu’elle fait dans son studio, se surprenant à chanter une mélodie qui disait ‘je suis une femme heureuse’. Quelque temps plus tard, en réécoutant cette piste, elle se met à penser à d’autres femmes, notamment celle immortalisée par la photographe Dorothea Lange dans le cliché “mère migrante”, puis aux femmes du monde entier et se met à composer sur ce sujet. 

L'équipe de l'émission :