Mardi 16 novembre 2021
2 min

Les six études pour orgue "extraordinairement difficiles" de Jeanne Demessieux

L'organiste et compositrice française Jeanne Demessieux s'est illustrée au premier rang du monde musical du XXe siècle. Invitée pour des récitals dans le monde entier, elle en a profité pour faire entendre son jeu exceptionnel et quelques-unes de ses compositions.

Les six études pour orgue "extraordinairement difficiles" de Jeanne Demessieux
Portrait de la compositrice et organiste Jeanne Demessieux., © Inconnu.

Cette année 2021 célèbre le centenaire d'une compositrice française connue pour avoir été une organiste prodigieuse. Son nom : Jeanne Demessieux. Née le 13 février 1921 à Montpellier, elle aurait fêté ses 100 ans cette année si elle n'avait pas été emportée par un cancer en novembre 1968… 

Prodigieuse, elle l'était pour de multiples raisons. À 5 ans, elle écrit ses premières compositions et au piano, elle apprend tout ce qui lui tombe sous la main, beaucoup de Bach, mais aussi du Chopin ou du Liszt, comme l'étude Un Sospiro, qu’elle travaille en cachette et joue rapidement par cœur. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Elle délaisse le piano pour se consacrer à l'orgue grâce à sa sœur, organiste, qui lui laisse de temps en temps l’instrument en fin de célébration. Grâce aussi à sa titularisation, à l’âge de 12 ans, comme organiste de la nouvelle église du Saint-Esprit dans le 12e arrondissement de Paris. Mais c’est surtout sa rencontre avec le compositeur et organiste Marcel Dupré qui va la décider à abandonner le piano pour se consacrer à l’orgue.  

Des talents repérés au conservatoire de Paris

Ses talents lui font décrocher de nombreux premiers prix au conservatoire de Paris et un enseignement très soigné de la part de ses professeurs qui s’inclinent tous devant cette jeune musicienne. Selon leurs dires, elle est un "génie", un "phénomène", un "prodige" comme rarement le monde musical en a connu. Marcel Dupré devient son maître absolu. Il est fasciné par les dons de son élève et s’applique à lui offrir la plus belle des carrières comme organiste mais aussi comme compositrice. 

Parmi ses œuvres, les six études provoquent une nouvelle fascination pour la jeune femme auprès des grands compositeurs du XXe siècle. Olivier Messiaen qualifie ces pièces de “manière de chef-d'œuvre”. Le compositeur ajoute aussi qu’ "en ce qui concerne la technique de pédale, on n’a pas encore dépassé l’extraordinaire difficulté des études de Demessieux”. 

Etudes : du maître à l'élève

L’histoire de ces études donne beaucoup d’indices sur la relation entre Marcel Dupré et Jeanne Demessieux. Le maître décide à partir de 1941 d’écrire pour sa disciple des œuvres techniques à sa hauteur, donc très exigeantes. Deux ans plus tard, les 12 études pour orgue de Dupré sont terminées. L’élève les joue à la perfection, mais ce n’est pas suffisant. Il va alors la pousser à composer ses propres études. 

Votre conception de la musique est plus avancée que la mienne.

Encouragée par son mentor, Jeanne Demessieux s’y met dès 1944. Résultat : Marcel Dupré s’incline et avoue à propos de la 4e étude : “Votre conception de la musique est plus avancée que la mienne”. 

La disparition brutale de Jeanne Demessieux à l'âge de 47 ans met le monde musical en émoi. Aujourd'hui son nom reste pourtant peu connu. La cause ? Une brouille inexpliquée avec Marcel Dupré qui va finir par lui fermer de nombreuses portes… et une œuvre encore peu jouée. Saluons pour cela le travail de l'association Les amis de Jeanne Demessieux et de l'église Saint Esprit dans laquelle plane encore son ombre puisqu'elle y est restée 30 ans comme titulaire avant d'être nommée à l'église de la Madeleine à Paris en 62. 

L'équipe de l'émission :