Samedi 9 mai 2020
5 min

L’art du yeli chez les femmes Pygmées du Congo

Les pygmées sont réputés pour leurs chants polyphoniques, étudiés pendant des décennies par les musicologues, mais ils sont aussi connus pour utiliser la technique du yodel, notamment au Congo à travers un chant interprété par les femmes qui s'appelle Yeli.

L’art du yeli chez les femmes Pygmées du Congo
Femmes pygmées transportant une hotte en République du Congo., © Getty / Yves GELLIE/Gamma-Rapho

Place au yodel, une technique vocal qui consiste à passer de voix de tête (dans un registre aigu), à voix de poitrine (registre plus grave), rapidement. Mais attention, ce yodel-là ne vient ni d’Autriche, ni de Suisse, ni d’Allemagne… 

Il vient du nord du Congo et on le retrouve uniquement au sein des communautés pygmées, des communautés ancestrales qui s’étendent sur plusieurs pays d’Afrique centrale. Les pygmées sont réputés pour leurs chants polyphoniques (à plusieurs voix), étudiés pendant des décennies par de nombreux musicologues… Mais dans cette chronique, nous nous attarderons sur un répertoire précis appelé yeli. 

Des chants de femmes

Ce répertoire tout en yodel est principalement interprété par les femmes. Dans la tradition pygmée, on l’entend tout au long des étapes qui rythment la chasse à l’éléphant. 

Chasse interdite depuis, ce qui menace la perpétuité de ces chants, mais c’est pour la bonne cause, et puis grâce à des enregistrements, on peut continuer à les écouter, les étudier… Ce matin d’ailleurs, tout ce qui est diffusé a été collecté par l’ethnomusicologue Nathalie Fernando. 

Grâce à son travail, on apprend que ces chants nommés Yeli permettent de communiquer avec les esprits de la forêt pour aider les chasseurs à capturer les éléphants mais ils aident aussi certaines femmes dans leurs visions… Il y a chez les Pygmées des femmes devins qui aident les chasseurs à repérer leurs futures proies. 

Chanter pour la forêt

Le chant dans ces communautés permet de communiquer avec les esprits et de se protéger des malheurs. Dans les années 60, un anthropologue, Colin Turnbull, a recueilli un témoignage d’un membre d’une communauté pygmée de la région d’Ituri, province du Congo qui explique pourquoi son peuple chante.

Nous la réveillons par des chants car nous voulons qu’elle se réveille heureuse.

Il dit : “Normalement tout va bien chez nous, mais lorsque nous dormons, quelque chose peut aller de travers, et parce que nous dormons, nous ne pouvons pas l’empêcher. Alors, quand quelque chose de grave se produit, ce doit être parce que la forêt est endormie elle aussi… Nous la réveillons par des chants car nous voulons qu’elle se réveille heureuse.”

Le yodel peut aussi de retrouver dans d’autres répertoire que celui lié à la chasse aux éléphants. En effet, la technique du yodel n’est pas exclusive au répertoire yeli, on le retrouve dans les autres chants Pygmées notamment dans certaines berceuses pygmées...

L'équipe de l'émission :