Samedi 6 juin 2020
5 min

Il y a 100 ans, Mamie Smith enregistrait le premier disque vocal de blues

Le 10 août 1920, Mamie Smith se retrouve en studio pour enregistrer le premier disque de blues vocal de l'histoire de la musique. Cette première fois a inspiré de nombreuses artistes noires américaines qui, à leur tour, se sont lancées et ont permis l’émergence d'immenses chanteuses de blues.

Il y a 100 ans, Mamie Smith enregistrait le premier disque vocal de blues
En 1920, la chanteuse Mamie Smith enregistrait le premier disque de blues. , © Getty / Donaldson Collection

Le 10 août 1920 correspond à l'enregistrement du premier disque de blues vocal. Son interprète ? Mamie Smith, une chanteuse noire américaine tombée dans l’oubli comme de nombreuses pionnières en musique.

Mamie Smith est née Mamie Robinson en 1883 dans l’Ohio. Elle débute très jeune dans la musique, à l’âge de 10 ans, et fera une rencontre décisive bien plus tard, en 1918 à Harlem. La chanteuse croise la route de Perry Bradford, compositeur, chanteur, parolier, chef d’orchestre, il la produit dans son spectacle et va proposer son nom, deux ans plus tard au tout jeune label indépendant Okeh pour remplacer Sophie Tucker, une chanteuse blanche tombée malade quelques jours avant l’enregistrement.

Enregistrer une chanteuse noire : un pari risqué

En face, Fred Hager hésite. Oui son label vise les populations immigrés, mais de là à graver un disque avec une chanteuse noire dans un pays où la ségrégation raciale est aussi forte ? C’est risqué. Il y va quand même, et en février 1920, Mamie Smith enregistre deux titres de Perry Bradford, dont That thing called love.

Contre toutes les craintes du label, l’enregistrement n’est pas boycotté. Mamie Smith, toujours soutenue par Perry Bradford, revient donc en août de cette même année 1920 pour enregistrer un disque qui deviendra une légende : le premier disque de blues vocal jamais gravé encore. 

La naissance du blues

Crazy blues était né, avec un symbole fort puisque interprété par une chanteuse noire, accompagné par des musiciens de couleurs eux aussi, ce qui n’était pas le cas pour les deux première chansons de Mamie Smith.

Crazy blues est un succès immédiat : en un mois, plus de 75 000 disques sont vendus. C’est aussi un succès sur un autre plan : le message envoyé aux femmes noires. Elles peuvent enregistrer des disques, elles peuvent chanter, devenir célèbres, des vedettes dans une industrie du disque florissante. 

Ma Rainey, la mère du blues

Et c’est exactement ce qui va se passer. Trois ans plus tard, Mamie Smith est vite écartée de la scène par de sérieuses concurrentes, dont une qui s’appelle Ma Rainey. 

On la surnomme, un peu à tort, la ‘mère du blues’. Trois ans après le premier disque de la vraie mère du blues, Ma Rainey enregistre Bo Weavil Blues chez Paramount Records. Le début d’une longue carrière dans la musique avec des centaines de chansons où l’on peut entendre sa voix et son engagement comme dans ce titre, Black eye blues, qui dénonce les violences faites aux femmes, en particulier les violences conjugales.

Bessie Smith, l'impératrice du blues

Ma Rainey a inspiré une autre grande chanteuse de blues donc on a retenu le nom, l’impératrice du blues, Bessie Smith.

Downhearted Blues est sa première chanson, enregistrée en 1923. Un essai qui se transforme en succès. Mais la carrière de Bessie Smith va décoller aussi vite qu’elle va plonger. En quelques années, la chanteuse sombre dans l’alcool, les drogues et en 1937, elle meurt dans un accident de voiture. La chanteuse laisse quand même une centaine d’enregistrements et un style, une voix qui vont influencer de nombreuses chanteuses de blues.

La liste d’ailleurs est très longue, on connaît les grands noms du blues, mais pas bien celui de Mamie Smith qui pourtant est la pionnière de ce style musical. D’ailleurs il faudra attendre 2014 pour qu’une pierre tombale digne de son nom soit installée à New York et rende enfin hommage à cette grande dame du blues.

L'équipe de l'émission :