Samedi 29 août 2020
6 min

Chants populaires de Biélorussie

"Des couronnes de fleurs pour les femmes, des chapeaux pour les garçons, des cannes pour les vieux et des œufs pour les enfants". Ces paroles d'un chant populaire de Biélorussie ont pris vie cet été lors d'une manifestation de femmes brandissant des fleurs pour contester l'élection présidentielle.

Chants populaires de Biélorussie
Manifestation de femmes en Biélorussie, août 2020, © Getty / Valery Sharifulin

Des fleurs en Biélorussie pour contester l’élection présidentielle : ce sont quelques-unes des images marquantes de l’actualité de cet été.

On les a vu passer en plein mois d’août : des photos prises lors d’une manifestation de femmes à Minsk, elle étaient rassemblées malgré les interdictions pour dénoncer la réélection d’Alexandre Loukachenko et puis pour dénoncer aussi les violences policières qui ont suivi cette élection présidentielle en Biélorussie. Cette image de femmes habillées en blanc brandissant des fleurs de couleurs ne sort pas de nulle part puisqu’on la retrouve dans la tradition et notamment la tradition musicale du pays.

"Beau printemps, qu'as-tu apporté ?"

Par exemple, un chant populaire, interprété au printemps, demande : “Beau printemps, qu’as-tu apporté ?” Et le printemps répond : des couronnes de fleurs pour les femmes, des chapeaux pour les garçons, des cannes pour les vieux et des oeufs pour les enfants. Dans la musique traditionnelle biélorusse, les plus anciens chants sont ceux qui se réfèrent au calendrier, qui rythment les saisons et accompagnent les étapes de l’agriculture. 

En été, ce sont les moissons qui font l'actualité. Un chant s'adresse d'ailleurs aux moissonneuses, les femmes, pas les machines. Il est souvent chanté par une femme seule qui raconte les difficultés de travailler dans les champs, et plus spécifiquement de travailler dans les champs avec son nourrisson. A l’époque, les moissonneuses partaient avec leurs bébés pour pouvoir les nourrir en plein travail. Ici, quatre femmes chantent donc l’envie, le désir d’avoir un berceau à disposition pour se reposer et se redresser un peu… 

Chœurs mixtes et réinterprétation 

Après l’été vient l’automne. Ici le chant raconte les récoltes de noix en Biélorussie. Il est encore interprété par une femme, les hommes pouvaient-ils aussi chanter ? Oui, mais on les retrouvait plutôt dans des régions à l’ouest et au sud, tandis que les femmes, dans la plus ancienne tradition musicale, étaient majoritaires pour donner de la voix. Après, la musique biélorusse a évolué : au XVIe siècle, ce sont surtout des chansons non rituelles qui sont composées et chantées par les hommes. Ce qui fait qu’il existe aujourd’hui des choeurs mixtes qui s’emparent de tout ce répertoire traditionnel comme les chants de Noël et donc d'hiver. 

Toute cette tradition musicale est reprise par des artistes actuels comme Ivan Kirchuk dans un très beau disque qui s’appelle Héritages des villages perdus. L’artiste biélorusse, toujours en vie, est un grand défenseur de la culture de son pays, sur le plan musical mais aussi sur tout ce qui touche au folklore, donc les costumes, les objets, les danses, les jeux, et, évidemment, les chansons qu’il interprète et qu’il joue puisqu’il est aussi bon musicien que chanteur. 

L'équipe de l'émission :