La chronique culture
Magazine
Samedi 17 décembre 2016
10 min

La Chronique culture du samedi 17 décembre 2016

La Chronique culture du samedi 17 décembre 2016
Animaux cachés animaux secrets - Bosch par le détail, © Ed. Citadelles et Mazenod - Ed.Hazan

Ce matin, Cécile Jaurès nous propose deux beaux livres à offrir en cette période de fête, deux ouvrages qui nous permettent d’observer les œuvres d’art à la loupe…

Le premier nous invite à une amusante chasse aux trésors dans l’histoire de l’art. Édité par Citadelles et Mazenod et richement illustré malgré son petit format, il est intitulé «Animaux cachés, animaux secrets». L’auteur, l’historienne de l’art Nadeije Laneyrie-Dagen, s’est intéressé à toutes les bêtes et bestioles qui prolifèrent dans les tableaux de la Renaissance jusqu’à l’époque moderne. À la peinture animalière, elle a préféré des tableaux religieux, des scènes de genre ou des portraits… près de 200 œuvres au total où l’animal n’avait à priori pas sa place et dont elle décrypte le sens caché avec une belle érudition.

D’un tableau à l’autre, d’une époque à l’autre, les animaux ne sont pas chargés des mêmes fantasmes ni des mêmes significations. Prenez le chien par exemple. Il symbolise tantôt la fidélité d’une dame, comme dans le portrait des «Époux Arnolfini» peint par Van Eyck en 1434, tantôt il représente la prospérité d’une ville comme dans cette vue de Venise signée par Carpaccio soixante ans plus tard, où on aperçoit dans une gondole un adorable bichon blanc tout ébouriffé. À cette époque, figurez-vous, ces petits chiens coutaient un prix exorbitant, en posséder étaient un luxe…

Autre figure animale, le lapin. Connu pour sa phénoménale capacité de reproduction, il apparaît logiquement dans des scènes mythologiques chargées d’érotisme mais aussi près des saints ermites dans le désert et au côté de la Vierge. Il renvoie alors au péché originel... On trouve ainsi des dizaines d’exemples décryptés avec un soin minutieux.

Animaux cachés, animaux secrets
Animaux cachés, animaux secrets , © Edition Citadelles & Mazenod

Un autre beau livre, édité par Hazan, propose de s’immerger dans l’œuvre du peintre flamand Jérôme Bosch, pour en éclairer toutes les subtilités…

Depuis quelques années, un projet très important, le Bosch Research and Conservation Project, a permis une vaste campagne de photographies, très utiles pour démêler les tableaux authentiques des copies, discerner la part de l’atelier et du maître... Cet ouvrage, intitulé «Bosch par le détail», s’inscrit dans le sillage de ces recherches. Till-Holger Borchert, le directeur des musées de Bruges, y examine avec un œil neuf le moindre recoin de ses jardins des délices, de ses paysages infernaux et autres diableries.

Les gros plans du livre permettent de mesurer l’incroyable virtuosité technique de ce miniaturiste capable de ciseler avec un pinceau très fin une expression de colère, de dégout ou de pitié sur un visage, ou de reproduire avec une impressionnante fidélité un bouvreuil ou un pou. Ailleurs, il rend visible le scintillement du soleil sur le feuillage d’un arbre par quelques minuscules gouttes de blanc de plomb. Sans oublier sa façon magistrale de peindre les flammes de l’enfer, lui qui a échappé de justesse à un incendie à l’âge de treize ans…

Le livre décline toute une série de thèmes, le paysage, l’architecture, les visages mais aussi la musique…

Oui, contrairement à ses contemporains, comme Memling, qui réservent la musique aux élus et aux anges du Paradis, Bosch l’associe pleinement aux supplices de l’enfer. Dans «Le jugement dernier» conservé à Bruges, un damné, pendu par les pieds, tient lieu de battant de cloche. Un autre est crucifié dans une harpe. Ce motif peut paraître surprenant mais il vient en réalité des textes des premiers théologiens chrétiens, repris au bas Moyen Âge, dans lequel la harpe et le luth sont utilisés comme des instruments de torture. Et je ne résiste pas au plaisir de vous montrer ce gros plan du «Jardin des délices», du musée de Madrid, qui révèle les fesses nues d’un damné tatouées de notes de musiques !

Bosch par le détail
Bosch par le détail, © Edition : Hazan Eds

"Animaux cachés, animaux secrets" de Nadeije Laneyrie-Dagen
Editions Citadelles et Mazenod, 276 pages, 59 €

"Bosch par le détail" de Till-Holger Borchert
Éditions Hazan, 320 pages, 39,95 €