Samedi 1 octobre 2016
4 min

La biennale d’art contemporain « Le Printemps de septembre » à Toulouse

Ce matin, Sabine Gignoux nous emmène à Toulouse, dans le cadre de la biennale d'art contemporain : Le Printemps de septembre, qui se déroule jusqu'au 23 octobre 2016.

En 2014, le Printemps de septembre prenait la décision de devenir biennal. À la faveur de ce changement de rythme, qui questionnait le projet général du festival, c’est à Christian Bernard que j’ai souhaité faire appel pour le refonder en s’adossant aux principes essentiels qui avaient présidé à sa création : une manifestation qui renoue avec sa dimension festivalière généreuse, exigeante, ludique, favorisant la création, les découvertes formelles, créant un véritable dialogue avec son territoire et ses acteurs divers, en prise avec le monde en mouvement.

2016 constitue le premier épisode de cette nouvelle séquence du festival que nous projetons dans la durée. Les principes actés cette année se développeront progressivement en 2018 puis en 2020. L’un des tout premiers sans doute consiste dans la multiplication de projets pensés spécifiquement pour la ville et sa région, singuliers par nature parce que vous ne pourriez les voir nulle part ailleurs que dans les lieux pour lesquels ils ont été créés, dans leur diversité, espace urbain compris.

L’indifférenciation de la présentation des pratiques choisie par Christian est aussi la marque d’un temps où l’hybridation des formes, l’incursion des artistes dans de multiples champs d’expression, limite considérablement leur catégorisation. Et c’est tant mieux, le Printemps de septembre a toujours eu à coeur d’explorer de nouvelles pistes, de regarder vers demain, de défaire les cadres. En revenant à notre nom d’origine, le Printemps de septembre, c’est notre label pionnier et notre curiosité que nous réaffirmons aujourd’hui. Je me réjouis qu’il s’incarne dans une telle pluralité de voix, celles de tous les artistes, d’ici et d’ailleurs, que nous avons invités pour nous raconter le monde autrement.

Marie-Thérèse Perrin
Présidente-fondatrice

Mots clés :