Samedi 28 janvier 2017
10 min

L'exposition de Chiharu Shiota au Bon Marché

L'exposition de Chiharu Shiota au Bon Marché
Where are we going ? installation de Chiharu Shiota

L’art a-t-il sa placedans les grands magasins ?

Depuis 2 ans, cette enseigne donne en effet carte blanche à un artiste contemporain pour investir, pendant un mois, l’espace sous les verrières et des vitrines sur la rue. L’an dernier, l’invité était le dissident chinois Ai Wewei, ce qui, dans ce temple du luxe, ne manquait pas de sel. Il avait fait sensation avec de grands cerfs volants figurant des animaux légendaires, tout blancs. La seule consigne imposée par le commanditaire étant de créer des œuvres immaculées pour coller à son actualité commerciale : le mois du blanc. Eh oui tout cela n’est pas totalement désintéressé.

Chiharu Shiota, l’invitée de cette année, tisse des d’immenses toiles d’araignées, dans lesquelles elle emprisonne des objets. Au Bon Marché, elle a ainsi suspendu dans les airs, des dizaines de barques faites d’une armature en fer enveloppée de fils de coton blanc, comme des cocons légers qui montent vers le ciel.

Et qu’en pense la clientèle ?

Dans le Livre d’or c’est une pluie de louanges : poétique, mystérieux, extraordinaire. Les gens s’arrêtent même pour regarder un film où l’artiste explique sa démarche. Alors bien sûr, on peut se réjouir de cette rencontre entre une œuvre importante et ce public peu familier de l’art contemporain. Mais, vous allez me trouvez puriste Clément : je me demande si tout cela va au-delà de la simple décoration, du divertissement. Chiharu Shiota dit vouloir évoquer avec ses barques l’énigme de la vie, ce voyage vers l’inconnu. Son œuvre s’intitule « Where are we going ? » En écho à un grand tableau tahitien de Gauguin qui portait déjà cette interrogation existentielle: «d’où venons-nous, que sommes-nous, où allons nous ?» Mais voilà, est-ce au milieu de la frénésie des soldes, que le public peut s’arrêter pour méditer ? Pas sûr. Et puis, il ne faut pas se leurrer, l’art sert ici de prétexte pour nous vendre des produits qui prétendent être eux aussi, quelque part, des œuvres de créateurs…

D’ailleurs, quand on voit comment ce magasin accroche dans certains couloirs des tableaux de sa collection, sans recul comme de simples gadgets, on se dit qu’après la musique d’ambiance, il va falloir s’habituer à l’art d’ambiance.

Alors si vous préférez comme moi voir les œuvres dans des lieux plus propices à la rencontre, au recueillement. Je vous recommande d’aller faire un tour à l’Abbaye de Maubuisson dans le Val d’Oise pour découvrir un autre artiste contemporain, Stéphane Thidet. Là aussi il y a des images très belles et poétiques : des arbres qui poussent sur des lits comme dans un rêve, des pierres qui glissent sur un lac d’argile à la façon d’un jardin zen et même, dans l’ancien parloir des gongs, qui interprètent en direct la pulsation du soleil…

Voilà pour voir Chiharu Shiota au Bon Marché, vous avez jusqu’au 18 février. Quant à Stéphane Thidet à l’Abbaye de Maubuisson, c’est jusqu’au 27 août.