Samedi 27 mai 2017
10 min

Arp : la poésie des formes

Une exposition du peintre, sculpteur et poète Jean Arp à voir au musée Kröller-Müller aux Pays bas jusqu'au 17 septembre.

Ce matin, Cécile Jaurès, nous parle d’une exposition consacrée à Jean Arp au musée Kröller-Müller à Otterlo aux Pays-Bas.

Imaginez, un grand musée d’art moderne perdu dans les bois. Le musée Kröller-Müller est installé en plein milieu d’un immense parc national, au centre-est des Pays-Bas. L’entrée des voitures est limitée et on s’y promène à pied ou sur des vélos mis gratuitement à disposition des visiteurs. Cet étonnant musée en pleine nature a vu le jour en 1938 grâce à la volonté farouche d’une femme : Hélène Müller. Cette Allemande, dont le mari hollandais a fait fortune dans l’exploitation minière, s’est prise de passion pour l’art au contact du précepteur de sa fille, H.P. Bremmer.

Proche des artistes de son temps, cet historien et critique influent fit découvrir à Hélène Müller tous les courants d’avant-garde. Et dès 1908, la collectionneuse se passionne pour Picasso, Braque, Mondrian… mais aussi pour tous ceux qui ont jeté les bases de la modernité : Corot, Manet, Gauguin... Elle rassemblera, au fil des années, la deuxième collection de Van Gogh au monde avec près de 180 dessins et 90 toiles. Cet ensemble, qui contient des pièces maitresses comme le superbe «Chemin de terre en Provence de nuit», a été cédé à l’État en même temps que le reste de la collection en 1935.

La collection du musée Kröller-Müller continue-t-elle de s’enrichir ?

Au fil du temps, les directeurs successifs vont la compléter dans l’esprit de sa fondatrice : avec des œuvres sobres, aux couleurs douces. À partir de 1961, le musée a aussi ouvert un parc de 25 hectares, où les visiteurs peuvent pique-niquer au milieu de sculptures signées Rodin, Dubuffet, Henry Moore ou Jan Fabre. Cinq ou six expositions temporaires sont organisées chaque année. La dernière en date met à l’honneur Jean Arp, cet artiste alsacien né en 1886.

L’exposition fait dialoguer ses sculptures élégantes, aux formes organiques inspirées de la nature, ses tableaux en relief aux motifs épurés, évoquant des nuages ou des oiseaux, avec ses poèmes écrits en français ou en allemand. Adepte du collage sous toutes ses formes, Arp joue avec les mots jusque dans les titres de ses œuvres qui s’appellent «sculpture à être perdue dans la forêt», «larmes de galaxie» ou «berger de nuages».

Arp a-t-il participé aux courants artistiques de son époque ?

Il sera proche des dadaïstes, des surréalistes et du mouvement de design et d’architecture «De Stijl» dont la Hollande fête actuellement le centenaire. Une riche programmation autour des figures phares, comme Mondrian, est prévue dans tout le pays. Bien sûr, les points communs entre l’œuvre toute en courbes de Jean Arp, sa fantaisie rieuse, et la géométrie rigoureuse, l’austérité de Mondrian ne sautent pas aux yeux.

Mais on retrouve la même volonté de rendre l’art accessible à tous et l’emploi de couleurs «pures», rouges ou bleus éclatants, dans le décor de l’Aubette à Strasbourg auquel Arp a collaboré avec d’autres membres de De Stijl. Ce vaste complexe de loisirs, conçu comme une œuvre d’art totale, fut partiellement restauré il y a une quinzaine d’années. Je vous invite à aller le visiter si vous passez par Strasbourg.

Le musée Kröller-Müller est ouvert toute l’année, à Otterlo, à une heure de voiture environ d’Amsterdam.