La chronique ciné
Magazine
Mercredi 5 novembre 2014
6 min

La révélation de la semaine : 71’ de Yann Demange

Le film "71'" de Yann Demange est la révélation de la semaine pour Xavier Leherpeur.

Tandis que le conflit dégénère en guerre civile, Gary, jeune recrue anglaise, est envoyé sur le front. La ville est dans une situation confuse, divisée entre protestants et catholiques.Lors d’une patrouille dans un quartier en résistance, son unité est prise en embuscade. Gary se retrouve seul, pris au piège en territoire ennemi.

Qui est Yann Demange ?

Né en France ayant grandi en GB sorte d’armoire à glace joviale tête nue et barbe fournie sexy comme joueur de rugby mais cinéaste subtil aimant et revendiquant son goût pour le cinéma de genre.

Un pur thriller

Scène de poursuite de plus de 10 minutes tournée dans trois villes différentes avec mille et moyens techniques (moto, caméra épaule, filin) mais assemblée par un cinéaste ayant indéniablement un sens du montage et du rythme à la fois redoutablement efficace et subtilement narratif. Et avec Jack O’Connell acteur de 25 ans au talent indécent vu dernièrement Les Poings dans les murs et révélé par la série Skins.

ET AUSSI : Interstellar de Christopher Nolan avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway un film très attendu par les critiques

Auteur de Memento brillant thriller sur un amnésique que l’on pouvait voir dans les deux sens de sa chronologie : les trois Batman, Inception... Du public, des exploitants bien besoin d’un gros film leader pour cette fin d’année. On rappelle que chaque Batman a rapporté ne serait-ce qu’en salles plus d’un Milliard de dollars sans compter DVD, Inception plus de 800 millions de dollars

Après un début brillant le film s’effondre sur sa prétention la cuité de son scénario le poids peu modeste de ses citations 2001 Odyssée de l’espace long tunnel d’ennui purement visuel comme si tout était fait pour n’aller qu’à une virtuosité un pue vaine brillante certes mais s’étouffant sous sa propre auto satisfaction

Musique orge sorte de grande messe dégoulinante et grandiloquente de Hans Zimmer faiseur à la chaîne des BO américaines

Sens du spectacle mais pas cette gourmandise qui faisait de Gravity un grand spectacle généreux, ni la réflexion philosophique de Kubrick.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :