L'invité du jour
Entretien
Mercredi 29 octobre 2014
1h 50mn

William Christie : "très jeune, je privilégiais déjà un répertoire ancien"

A l'occasion de sa journée spéciale sur France Musique, William Christie revient sur son enfance américaine, et ses premiers instants en France, au micro de Vincent Josse

Si la musique baroque a connu, et connait une telle popularité, c'est sans aucun doute en grande partie grâce à lui qu'on le doit : William Christie est l'invité d'honneur de la matinale, à l'occasion de sa journée spéciale sur France Musique.

Au micro de Vincent Josse, le chef américain revient sur son parcours, ponctué par la création des Arts Florissants. Il revient particulièrement sur les premières années, les premiers moments en France, les premières rencontres...

William Christie est arrivé en France en 1970, et rentre dans des milieux (en Angleterre, en Italie, et même en France) de musique contemporaine et de musique ancienne, soulignant la grande connivence, et le refus de ce qui venait du conservatoire.

"Très jeune, je privilégiais déjà un répertoire ancien " : au micro de France Musique, William Christie revient sur cette enfance américaine, à Buffalo (Etat de New York). Un père ingénieur, une mère artiste lyrique, une grand-mère qui fait découvrir au jeune William Christie la musique de Couperin, sur un disque édité par Erato dans les années 1950, et qui devient son disque de chevet.

"J'étais un enfant sensible " témoigne-t-il. "La musique, comme la lecture, était une façon de me déplacer, de fuir le monde ".

La religion ? Présente, mais c'est la musique qui touche le plus le coeur : "Je serais plus facilement croyant si l'on pouvait canoniser Jean-Sébastien Bach, ou si Monteverdi était élevé au rang de saint ". La question de Dieu ? "C'est un problème que je n'ai jamais résolu ".

William Christie (©Guillaume Decalf / France Musique)
William Christie (©Guillaume Decalf / France Musique)

Sur le même thème