L'invité du jour
Entretien
Vendredi 20 août 2021
25 min

Un Stabat Mater en tournée pour l'ensemble l'Arpeggiata, dirigé par Christina Pluhar

Harpiste, luthiste et théorbiste, Christina Pluhar revient pour une tournée de concerts dans Stabat Mater. Elle sera également de retour au disque avec son ensemble l'Arpeggiata à la rentrée, dans un projet explorant toutes les facettes musicales de la ville de Naples.

Un Stabat Mater en tournée pour l'ensemble l'Arpeggiata, dirigé par Christina Pluhar
Christina Pluhar, harpiste, luthiste et théorbiste, fondatrice de l’ensemble l’Arpeggiata, © Corbis / Michal Novak

Après des études de guitare classique dans sa ville natale de Graz en Autriche, Christina Pluhar découvre la musique baroque, pour laquelle elle développe une véritable passion. Elle commence l’apprentissage du luth et du théorbe, qu’elle parfait au Conservatoire Royal de La Haye et à la Schola Cantorum Basiliensis, notamment aux côtés d’Hopkinson Smith

Partie à Milan, elle s’intéresse particulièrement à la harpe baroque qu’elle étudie auprès de Mara Galassi puis lors de master-classes avec Andrew Lawrence King ou encore Jesper Christensen. Installée définitivement à Paris en 1992, Christina Pluhar se produit d’abord comme soliste dans les festivals et théâtres avant de fonder en 2000 son propre ensemble, L’Arpeggiata, avec lequel elle explore la musique vocale et instrumentale du premier baroque. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Christina Pluhar collabore avec de nombreux ensembles comme La Fenice, Hesperion XXI, Il Giardino Armonico, Les Musiciens du Louvre, Ricercar Consort et se voit régulièrement sollicitée comme continuiste par les chefs René Jacobs, Ivor Bolton ou Gabriel Garrido. Parallèlement, Christina Pluhar enseigne la harpe baroque au Conservatoire de Graz en Autriche.

Un nouveau Stabat Matter

Christina Pluhar et son ensemble, Céline Scheen et Philippe Jaroussky, compagnons de longue date, se réunissent autour de la partition la plus célèbre de Pergolèse. C’est retiré dans un monastère aux environs de Naples que le compositeur s’attèle deux mois avant sa mort à l’écriture de cette œuvre qui décrit la souffrance de la Vierge au pied de la croix. La théâtralisation du texte est très empreinte du style de l’opéra. Comme le souligne également le complément du programme dédié à des extraits d’oratorios, les langages musicaux profane et sacré constituent à cette époque des univers poreux. Le Stabat Mater est interprété lors des processions de la fête de la Vierge à la fois par les musiciens professionnels et la foule effervescente. C’est ce mélange subtil que L’Arpeggiata exprimera dans une version à la fois épurée et revigorante de cette œuvre majeure.

En concert le 25 août au festival de Rocamadour, le 27 août au festival de Sablé-sur-Sarthe, et le 3 et 4 septembre à la salle Gaveau.

Alla Napoletana

Le 29 octobre sortira chez Erato-Warner le dernier disque de L'Arpeggiata, dirigé par Christina Pluhar : "Alla Napoletana". L'ensemble et huit chanteurs explorent les facettes musicales connues et moins connues de Naples, la plus enivrante et singulière des métropoles italiennes. Le double album "Alla Napoletana" reflète la bouillonnante personnalité musicale de cette ville du XVIIe au XXe siècle, depuis le style opératique de la fameuse École napolitaine qui culmina à la fin du XVIIIe siècle, jusqu’aux chansons et danses populaires. Parmi ces dernières, figurent plusieurs exemples de tarentelle, danse vive et parfois frénétique caractérisant l’Italie du sud. 

Les instrumentistes aux multiples facettes de L’Arpeggiata sont ici rejoints par huit chanteurs : les sopranos Céline Scheen et Bruno de Sá ; la mezzo-soprano Luciana Mancini, le contre-ténor Valer Sabadus et l’alto Vincenzo Capezzuto ; les ténors Alessandro Giangrande et Zachary Wilder, et la basse João Fernandes.

Les invités :
L'équipe de l'émission :