L'invité du jour
Entretien
Vendredi 29 novembre 2013
19 min

Stéphanie d'Oustrac

La mezzo-soprano est à l'affiche de "La Clémence de Titus" de Mozart à l'Opéra Garnier du 27 novembre au 23 décembre prochains...

Stéphanie d’Oustrac est née à Rennes en 1974. Durant sa jeunesse, elle chante dans la Maîtrise de Bretagne sous la direction de Jean-Michel Noël. Elle est d’abord intéressée par le théâtre, mais après avoir écouté Teresa Berganza en récital, elle décide de se consacrer à l’art lyrique.

« Je voulais être comédienne car j’ai toujours eu besoin du masque d’un personnage ». (Le Figaro 2008)

Après son baccalauréat, elle intègre le Conservatoire National Supérieur de Lyon. Elle rencontre William Christie, qui lui offre le rôle de Médée, dans Thésée de Lully avant même qu’elle aie reçu sont premier prix, qu’elle obtiendra en 1998 ; il lui confie ensuite Psyché (Les Métamorphoses de Psyché).

« On se comprend parfaitement : il m’a fait débuter et m’a appris à être comme lui : à 200% ! ». (Le Figaro 2008)

Au début de sa carrière, elle n’a pas hésité à chanter aussi dans des chœurs, comme ceux du Festival d’Aix en Provence.

« Être choriste dans une production d’opéra est un poste d’observation merveilleux quand on se destine à ce métier : on voit tout de l’intérieur, on peut observer le comportement des chanteurs, la manière de travailler, on découvre des « trucs » et les difficultés du métier. J’ai appris l’essentiel de ce qu’est la scène dans ces conditions. » (Le Monde 2000)

En 2002, elle obtient une Victoire de la musique classique, ce qui contribue à la révéler au public. Elle commence donc sa carrière dans l’univers de l’opéra baroque, avec des chefs comme William Christie, Claude Malgoire, Gabriel Garrido et Hervé Niquet.
Dans le même temps, elle explore également le répertoire classique, avec des rôles de jeunes premières ou de travestis. Elle s’attaque ensuite à des rôles dans Berlioz, Fauré, ou Britten. Mais elle précise quand même, au sujet du répertoire baroque :

« Pour certains, je suis cantonnée à ce répertoire ; mais tant que j’y trouve des rôles qui me passionnent… » (Le Figaro 2008)

« La carrière baroque a été pour moi un hasard, et j’adore chanter d’autres musiques, comme Les Troyens ou La Périchole. Mais j’aime le contact avec les chefs qui ont touché au baroque : véritables hommes de spectacle, de Christie à Minkowski et de Malgoire à Gardiner, contrairement aux grands chefs romantiques. » (Le Figaro 2004)

En mai 2010, elle joue Carmen à l’Opéra de Lille, ainsi que La Voix Humaine à Toulouse et La Dame de Monte Carlo.

« Le métier de chanteuse doit se construire patiemment et avoir du sens. Je veux pouvoir travailler comme comédienne avec des œuvres musicalement formidables et une mise en scène pointilleuse. Quand j’ai fait Psyché de Lully et Molière, j’étais à la fois comédienne et chanteuse : William Christie dirigeait et Jean-Marie Villégier mettait en scène. La saison passée, j’ai chanté la cantate Phèdre de Britten et, juste après, Didon et Enée de Purcell, mis en scène par Iannis Kokkos. C’est comme cela que j’ai envie de faire ce métier. Sinon j’arrête. » (Le Monde 2003)

Les invités :
Mots clés :