L'invité du jour
Entretien
Jeudi 28 mai 2015
5 min

Michel Fau, à l'affiche d' "Un amour qui ne finit pas" au Théâtre de l'Oeuvre

Le comédien Michel Fau est à l'affiche d' "Un amour qui ne finit pas" au Théâtre de l'Oeuvre à Paris. Il est l'invité de Vincent Josse.

"André Roussin est un cas dans le paysage du théâtre français. Il a été traduit dans toutes les langues et joué dans le monde entier. Celui que l’on appelait le "boulevardier romantique" a été interprété par les plus grands : Micheline Presle, Suzanne Flon, Pierre Fresnay, Elvire Popesco, Gaby Morlay, Pierre Blanchar, Pierre Dux, Sophie Desmarets, Bernard Blier, Jean Poiret, Mary Marquet, Fernand Ledoux, Ava Gardner, Gisèle Casadesus, Jacques Sereys, Darry Cowl, Michel Galabru...

Adolescent, j’ai été fasciné par Un amour qui ne finit pas. Cette comédie reste à part dans l’oeuvre abondante et bigarrée de cet auteur. Avec une fantaisie sophistiquée mais aussi une certaine mélancolie, Roussin nous raconte l’histoire de cet homme lunaire à la recherche de l’amour idéal qui veut aimer une femme pour lui seul, sans qu’elle participe à cet amour.

Ce héros curieux dit qu’il ne veut pas la prendre parce qu’il veut la garder.
Il veut "entrer en amour comme d’autres entrent en religion", on songe à Paul Claudel.
Le propos est à la fois féroce et élégant, on songe à Beaumarchais.

Roussin expose les règles du jeu dans un prologue acidulé (comme dans un opéra baroque) puis la tragi-comédie se dessine et se termine par un épilogue insolent et drolatique. Tout en sublimant les quiproquos burlesques et les coups de théâtre métaphysiques, l’auteur tord le cou à la comédie de boulevard et bouscule les repères du bonheur bourgeois. L’écriture apparemment légère devient inquiétante, on songe à Harold Pinter. Les amants imaginaires dialoguent sans se voir, on songe à Pirandello.

Aujourd’hui, le discours de Roussin sur l’amour platonique résonne étrangement et avec le temps sa langue raffinée et obsessionnelle révèle une certaine poésie. Esthétiquement, il faut mettre en abîme le charme visuel des années 60 baigné dans la musique savante et précieuse d’Henri Sauguet.
Pour incarner ce texte, j’ai la chance d’être entouré de fortes personnalités sachant manier avec audace la dérision et capables d’affirmer la sensibilité à la fois pudique et ludique d’André Roussin."

Michel Fau

Un Amour qui ne finit pas
d'André Roussin

Mise en scène Michel Fau
Assisté de Damien Lefèvre
Avec
Léa Drucker
Pascale Arbillot
Pierre Cassignard
Michel Fau
Audrey Langle

avec la participation de Philippe Etesse

Au Théâtre de l'Oeuvre à Paris

Sur le même thème

Mots clés :