L'invité du jour
Entretien
Mercredi 12 mai 2021
25 min

Melancholy Grace : Les clavecins de Jean Rondeau traversent les siècles

Pour son nouvel opus chez Erato, « Melancholy Grace », Jean Rondeau propose un voyage poétique et mélancolique en compagnie des grands compositeurs italiens, anglais, allemands et hollandais de la fin de la renaissance au grand siècle.

Melancholy Grace : Les clavecins de Jean Rondeau traversent les siècles
Le claveciniste Jean Rondeau, © Michal Šebeňa

Sorti depuis le 7 mai sous le label Erato, le nouveau disque de Jean Rondeau« Melancholy Grace », appelle au voyage, grâce notamment à la multiplicité de compositeurs qui y figurent : Frescobaldi, Luigi Rossi, Picchi, Luzzaschi, Sweelinck, Dowland, Bull ou encore Gibbons. Le claveciniste français a conçu cet album comme le dialogue de deux voix faisant contraste : la mélancolie musicale traduite par le chromatisme et la mélancolie émotionnelle des larmes et des pleurs. Jean Rondeau nous explique : "je ne voulais pas tomber dans la mélancolie un peu sombre, mais plutôt y percevoir une approche commune : que se passe-t-il dans ces musiques pour faire résonner un affect commun ?"

Afin de séparer ces deux voix et de parfaitement les comprendre, Jean Rondeau se dote de deux clavecins : un virginal italien de forme compacte datant de 1575, et une réplique moderne d’un clavecin du XVIIIe siècle pour les pièces « chromatiques ». A l'écoute, on notera tout de suite le net écart de timbre de ces instruments. Si tous deux ont bien des cordes pincées, leur structure est différente, chacun ayant son mécanisme et sa forme propre. Passer de l’un à l’autre est un peu comme entendre un texte déclamé par deux personnages. Jean Rondeau insiste par ailleurs sur le fait qu’il a, dans cet enregistrement, délibérément renoncé au tempérament égal, autrement dit à l’accord de chaque octave en douze demi-tons égaux.
Si le programme se referme sur les Lachrimae Verae (Vraie larmes) de JohnDowland, ces dernières constituent à certains égards le point de départ conceptuel de « Melancholy Grace », ainsi que les clavecins, au cœur du disque, comme le dit Jean Rondeau "le point de départ ici fut le virginal du XVIe siècle, il fut très frappant. C'était un choix de mettre deux instruments différents au sein d'un même disque !"
Quant au programme de ce disque, il est cher au cœur du claveciniste, qui joue ces musiques depuis tout petit : "ce sont des musiques que j'écoute depuis tout petit, j'ai presque commencé le clavecin sur ces musiques-là."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une carrière passionnée

A  21  ans  seulement,  Jean  Rondeau  se  voit  décerner  le  1er Prix  du  Concours International  de  Clavecin  de  Bruges  en  2012.  La même  année,  il  est  également  lauréat  du  Concours  International  de  Clavecin  du Printemps de Prague. En 2015, il est sacré « Révélation Soliste Instrumental » aux Victoires de La Musique Classique et sort son premier album solo, « Imagine », consacré à Johann Sebastian Bach chez Erato.
Jean  Rondeau  a  eu  la  chance  d’avoir  Blandine  Verlet  comme  professeur  de  clavecin pendant  de nombreuses années,  et  s’est  formé  également  en  basse-continue,  en orgue,  en  piano,  en  jazz  et  improvisation,  en  écriture,  et  en  direction  de  chœur  et d’orchestre.

Les invités :
L'équipe de l'émission :