Mardi 17 novembre 2020
25 min

Laurent Naouri : "Le micro permet de susurrer à l'oreille"

Dans son nouvel album "En Sourdine", paru sous le label Alpha le 16 octobre dernier, Laurent Naouri aborde la mélodie française en compagnie du guitariste Frédéric Loiseau. S'éloignant de la technique lyrique, il y interprète, dans un murmure, des pages de Fauré, Debussy et Poulenc.

Laurent Naouri : "Le micro permet de susurrer à l'oreille"
Laurent Naouri, © Bernard Martinez

On connaît le flamboyant baryton Laurent Naouri, incarnation marquante des quatre rôles maléfiques des Contes d’Hoffmann de Paris au Metropolitan Opera de New-York ou inoubliable Golaud dans Pelléas et Mélisande. Dans ce disque, Laurent Naouri "débranche" son amplificateur pour se glisser dans ce répertoire. 

Etant né à l'ère radiophonique, époque où l'on chantait comme on parlait, ce geste lui est entièrement naturel. Le chanteur déclare être toujours passé d'un répertoire à l'autre facilement, car sa façon naturelle de chanter est proche de sa voix parlée, de baryton. 

On pourrait croire que plier une mélodie vers la "forme chanson" est une tentative de modernisation, mais c'est le contraire, car la chanson précède historiquement la mélodie.

Mais c’est ici un Naouri intime, amoureux des mélodies de Fauré, Debussy et Poulenc qui nous donne rendez-vous : 

« Voici un répertoire que je fréquente depuis plus de trente ans, non parfois sans une certaine frustration : comment parvenir en effet à l’intimité qu’un poème comme Le Jet d’eau de Baudelaire suggère – quasiment une confidence sur l’oreiller – en étant contraint par l’écriture musicale à ‘projeter’ la voix ? Car si la musique classique chantée autorise la nuance piano ou pianissimo, il est toutefois inconcevable de murmurer à l’oreille de son auditeur. Pour murmurer, il faut un micro, et nous quittons là l’univers de la ‘mélodie’ pour entrer dans l’univers de la ‘chanson’, au sens où on l’entend au début de l’ère radiophonique. Je tournais autour de ces préoccupations depuis quelques années déjà, quand je fis la connaissance du guitariste de jazz Frédéric Loiseau. Nous avons fait nos premiers pas ensemble sur Les Berceaux, une mélodie qu’Yves Montand avait déjà tirée du côté de la chanson. Encouragé par le résultat, nous avons cherché d’autres titres qui nous paraissaient pouvoir profiter de ce traitement d’alcôve. »

"En Sourdine" un disque paru le 16 octobre 2020 sous le label Alpha

En Sourdine
En Sourdine, © Alpha
  • Laurent Naouri, baryton
  • Frédéric Loiseau, guitare

Laurent Naouri  obtient le diplôme de l’Ecole Centrale de Lyon en 1985, puis décide l’année suivante de se consacrer à l’art lyrique. Il étudie l’écriture musicale avec Yvonne Desportes, puis passe successivement par le CNIPAL  de Marseille, où il travaille sur Cosi fan tutte  avec Pierre Constant  et Janine Reiss, et par la Guildhall School of Musica Drama  de Londres dans le Upper Course. Il parachève enfin sa formation avec Jean-Pierre Blivet.

Laurent Naouri débute sa carrière au Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon, puis interprète Christophe Colomb dans l’opéra éponyme de Darius Milhaud  au Théâtre impérial de Compiègne en 1992. Sa voix puissante et maîtrisée lui permet d’aborder les répertoires les plus variés, de Monteverdi au jazz. Il se produit fréquemment sur les scènes lyriques, en récital ou en oratorio, et a enregistré plusieurs albums consacrés aux mélodistes français : Fauré, Ravel, Roussel, Poulenc. On a pu l’entendre sur les plus grandes scènes lyriques dans des opéras aussi divers que Les Boréades  et Platée  de Rameau, Don Giovanni  de Mozart, Orphée aux enfers  et Les Contes d’Hoffmann  d' Offenbach, Les Troyens  de Berlioz, Pelléas et Mélisande  de Debussy, Eugène Onéguine  de Tchaïkovski, Guerre et Paix  de Prokofiev

Loin d’être circonscrit à l’opéra baroque français, le parcours lyrique de Laurent Naouri étonne autant par son éclectisme que par son rythme effréné. Son charisme sur scène et sa technique en font un artiste très apprécié du public.

Prochains concerts de Laurent Naouri 

  • Le 19 novembre au Centre de Musique de Chambre, Salle Cortot"En sourdine" Récital autour des mélodies de Fauré arrangées pour guitare et voix sonorisée Avec Laurent Nouri (baryton-basse) et Frédéric Loiseau (guitare). Concert diffusé en ligne en direct Informations et réservations
  • Le 6 décembre Concert avec Guillaume de Chassy dans le cadre du Festival  Jazz au fil de l'Oise. Informations et réservations
  • Fin janvier Trois concerts autour de "Don Pasquale" de Donizetti à Tours
  • Du 6 au 4 mars "Falstaff" de Verdi à l'Opéra de Bordeaux. Informations et réservations
Les invités :
L'équipe de l'émission :