L'invité du jour
Entretien
Mardi 15 décembre 2020
25 min

La colère et l'incompréhension des artistes : Stanislas de Barbeyrac "C'est une grande frustration pour nous"

Les salles de spectacles, musées et cinémas auraient dû rouvrir aujourd'hui ! Suite aux annonces de Jean Castex de fermer les lieux culturels jusqu'au 7 janvier prochain, au minimum, plusieurs artistes tels que Stanislas de Barbeyrac, Anne Ducros et Raphaël Sévère, prennent la parole ce matin.

La colère et l'incompréhension des artistes : Stanislas de Barbeyrac "C'est une grande frustration pour nous"
Les salles de spectacle sont à l'arrêt depuis le 30 octobre dernier et resteront encore fermées jusqu'au 7 janvier, au moins, © Maxppp / Fancy/Veer/Corbis

Lé ténor et porte-parole d'Unisson, Stanislas de Barbeyrac fait part de sa colère, son incompréhension et le désespoir qu'il ressent depuis l'annonce de la non-réouverture des lieux culturels, qui aurait dû avoir lieu le 15 décembre, si les cas de contaminations atteignaient le seuil  des 5000 cas journaliers. "Les artistes sont complément désespérés... moralement c'est très compliqué" déplore le ténor.
Selon lui, le maintien des répétitions en novembre qui n'ont pas pu aboutir à des représentations scéniques est un désastre pour les différentes équipes artistiques : "Il y a eu un engagement artistique et financier" et certains artistes qui ont engagé des frais pour se loger et se nourrir se retrouvent ainsi dans une situation fragile. Cela rajoute également au sentiment de "frustration" qui règne chez beaucoup d'artistes lyriques actuellement : "Le milieu de l’art lyrique est en train de sombrer" .

"La France reste un pays privilégié dans le traitement des artistes" 

Même si Stanislas de Barbeyrac souligne l'importance de certaines mesures accordées par l'Etat, selon lui le chiffre des 5000 cas demandés pour permettre la réouverture des salles n'était pas réalisable.
Pour lui, une autre problématique l'inquiète également : les concerts et spectacles diffusés gratuitement sur internet : "Ça tue le métier à petit feu". Selon lui, "Le risque, c'est que le public n'ait plus la volonté de retourner dans les salles" et se contente donc de ces produits numériques.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le clarinettiste Raphaël Sévère n'était pas surpris lors de l'annonce de la non-réouverture des salles, évoquant davantage un sentiment de tristesse face à ce silence forcé. Le musicien revient sur le manque de perspective que connaissent de nombreux artistes : "C'est très décourageant".
Il rappelle le rôle essentiel de l'art dans la société, et encore plus lors de périodes difficiles, comme nous sommes en train de vivre : "Aller à l'opéra et au concert, c'est une bouffée d’oxygène essentielle".

La chanteuse Anne Ducros vit cette fermeture des salles de spectacle comme "une terrible et douloureuse injustice". Son dernier disque intitulé "Something" paru cette année n'a pas pu être suivi d'une série de concerts, comme cela aurait du se faire. Sur les quarante concerts prévus, la chanteuse en a seulement donné deux : "C'est une frustration terrible". Au micro de Jean-Baptiste Urbain, Anne Ducros interpelle l'Etat : "Qu’est ce qu’on peut faire contre un gouvernement qui est en train de bâillonner aussi violemment la culture ?"

L'équipe de l'émission :