L'invité du jour
Entretien
Mardi 26 mai 2020
10 min

Mathieu Schneider est notre invité du jour

Auteur de la poignante tribune “Le silence des orchestres, jusqu'à quand ?”, paru dans Libération ce jeudi 21 mai, c'est le maître de conférence et historien de la musique Mathieu Schneider que Jean-Baptiste Urbain interview ce matin.

Mathieu Schneider est notre invité du jour
Mathieu Schneider - L'invitée du jour du 26/05/2020, © Catherine Schröder / Unistra

Mathieu Schneider

Après une thèse de doctorat sur les œuvres symphoniques de Gustav Mahler et Richard Strauss, Mathieu Schneider devient Maître de conférences HDR à l’Université de Strasbourg, dont il a aussi été directeur du département de musique de 2008 à 2012, directeur du Service Universitaire de l’Action Culturelle de 2007 à 2014 et assesseur de la Faculté des Arts depuis 2011. 

De par son domaine de recherche, il a été à plusieurs reprises expert et rapporteur sur la politique culturelle de la musique et l’enseignement supérieur de la musique en France et à l’étranger. Depuis 2014, il est vice-président de l’Université de Strasbourg, en charge du domaine « Culture, Sciences en société ». Il est par ailleurs régulièrement sollicité en tant qu’expert pour le HCERES (Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) et pour le Ministère de la Culture.

Durant ses années de recherches, Mathieu Schneider publie quatre ouvrages :

  • L’Utopie suisse dans la musique romantique, 2016,
  • Richard Wagner. Aus gallischer Sicht – Vu de France, 2013
  • Music and The Construction of National Identities in the 19th Century, 2010
  • Destins croisés. Du rapport entre musique et littérature dans les œuvres symphoniques de Gustav Mahler et Richard Strauss, 2005

Le silence des orchestres, jusqu'à quand ?

Le jeudi 21 juin, Mathieu Schneider écrivait cette tribune en ligne dans Libération. 

Très expressif et poignant, il désole l'arrêt complet des chœurs et orchestres. Au delà d'une tristesse, c'est une incompréhension dont Mathieu Schneider nous fait part. Il compare toutes les grandes épidémies que le monde ait connu, ainsi que les décisions gouvernementales prises à ces moments-là. Ainsi, lors de la pandémie de choléra ou bien de grippe espagnole, pas une seule fois le spectacle vivant ne s'est arrêté. Il affirme même que "les grandes années épidémiques ont souvent coïncidé avec des créations légendaires". Il ajoute par la suite que les seuls moments où les institutions ont fermés, c'était uniquement en période de guerre, faisant alors remarquer le terme méticuleusement choisi par Emmanuel Macron : "Il faut croire que M. Macron avait raison de nous déclarer en guerre, car c’est la seule raison qui justifia, dans l’histoire, d’interrompre (très ponctuellement) la vie musicale.”

L’histoire peut nous interroger sur des solutions qui ont été mises en œuvre et nous rappeler que la musique et la culture sont absolument fondamentale dans la société.

Mathieu Scheiner termine sa tribune en dénonçant les mesures d'hygiène parfois ridicule, notamment d'enfermer les musiciens d'instruments à vents derrière une vitre en plexiglas : “Plus généralement, la très grande majorité d’entre nous ne mourra pas du Covid-19. Mais nous serons tous asphyxiés par notre propre hystérie sécuritaire. A vouloir éliminer tout risque, on éliminera la vie. Et l’on réduira la musique au silence.”

Sa tribune est toujours en ligne, vous pouvez la lire en cliquant ici.

Les invités :
L'équipe de l'émission :