L'invité du jour
Entretien
Mardi 9 mars 2021
25 min

Le violoniste Julien Chauvin : "On a le devoir de continuer, de faire des projets"

Julien Chauvin et le Concert de la Loge clôturent avec un double album l'enregistrement de l'intégrale des Symphonies Parisiennes de Haydn. C'est aussi l'occasion d'entendre le Stabat Mater de Haydn, en attendant de retrouver les musiciens en concert le 13 avril 2021 à l'auditorium de Radio France.

Le violoniste Julien Chauvin : "On a le devoir de continuer, de faire des projets"
Julien Chauvin, © Franck Juery

Avec le Concert de la Loge fondé en 2015, Julien Chauvin termine d'enregistrer les six Symphonies Parisiennes de Joseph Haydn.
L'orchestre tire son nom de la formation historique dans laquelle jouaient le compositeur et le commanditaire de ce cycle de symphonies, et qui les interpréta pour la première fois dans les années 1780. A cet orchestre dirigé depuis le violon de Julien Chauvin s'ajoutent les solistes Florie Valiquette, Adèle Charvet, Reinoud Van Mechelen et Andreas Wolf, ainsi que l'Ensemble Aedes sous la baguette de Mathieu Romano pour interpréter le Stabat Mater de Haydn, composé en 1767, qui vient compléter ce double CD paru le 12 février 2021 chez le label Aparté.

Deux autres Symphonies Parisiennes

C'est cette fois les symphonies n°84, dite "la Discrète", et n°86, dite "la Capricieuse", que les musiciens enregistrent sur instruments d'époque. Comme le faisait Haydn lui-même, Julien Chauvin dirige tout en jouant sa partie de violon. En parallèle de l'intégrale des quatuors de Haydn que mène le violoniste avec le Quatuor Cambini, cette intégrale des Symphonies Parisiennes permet de faire entendre l'oeuvre de Haydn comme elle était jouée à la fin du XVIIIè siècle. Avec ces deux pièces, Julien Chauvin et le Concert de la Loge achèvent ce cycle de Symphonies Parisiennes; trois autres symphonies, néanmoins, viendront peut-être s'ajouter à la discographie de l'orchestre : bien que créées à Londres, elles sont dans l'esprit parisien et pourraient compléter cette intégrale.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Haydn, c'est une oeuvre toujours imagée, toujours théâtrale"

C'est après avoir consulté le public par un concours que Julien Chauvin a baptisé les deux symphonies "la Discrète" et "la Capricieuse". Le compositeur n'a pas donné de titre à ces symphonies, mais sa musique donne lieu à des surnoms, qui reflètent le caractère de l'oeuvre. D'après le violoniste, c'est une musique qui parle à l'imaginaire et qui comporte un sous-texte, ce qui a permis d'orienter le choix des titres.

Le Stabat Mater de Haydn

Oeuvre méconnue et peu enregistrée, le Stabat Mater de Haydn est ici interprété par le Concert de la Loge, l'Ensemble Aedes et quatre jeunes solistes : Florie Valiquette, Adèle Charvet, Reinoud Van Mechelen et Andreas Wolf. "C'était une grande chance de réunir une équipe très jeune" souligne le violoniste. Moins souvent joué que le Stabat Mater de Pergolèse, c'est d'abord un travail d'édition musicale qu'ont dû réaliser les musiciens, d'après les manuscrits de Haydn, afin d'en livrer une interprétation au plus proche de la partition de l'auteur. 

Le festival "Osez Haydn"

La 3ème édition du festival se tiendra cette année du 16 au 22 avril à Metz et à Caen, avec au programme des concerts, des conférences, mais aussi des expositions et des moments gastronomiques. A l'initiative de Julien Chauvin, le festival met à l'honneur le compositeur viennois et fait entendre des pièces qui sont rarement jouées. "Haydn est réputé faire fuir les gens, il n'a pas de mythe" remarque le musicien, estimant qu'il est moins apprécié que Mozart. "Leur génie n'est pas placé au même endroit dans la partition" : l'enregistrement de l'intégrale des Symphonies Parisiennes fait partie de la démarche de Julien Chauvin pour faire connaître la musique de Haydn, en restituant une interprétation musicale historique. Les organisateurs du festival mettent tout en oeuvre pour qu'il puisse se dérouler dans de bonnes conditions aux dates prévues.

Les musiciens seront en concert à l'Auditorium de Radio France le 13 avril 2021 à 20h, pour interpréter l'ouverture d'Armide de Haydn, le Concerto pour piano n°23 de Mozart avec Andreas Staier au pianoforte, et le Stabat Mater de Pergolesi avec les solistes Florie Valiquette et Adèle Charvet, ainsi que la Maîtrise de Radio France sous la direction de Marie-Noëlle Maerten.
Concert à écouter en direct sur francemusique.fr

Les invités :
L'équipe de l'émission :