L'invité du jour
Entretien
Mardi 24 mai 2016
1h 18mn

Julie Depardieu et Clément Mao-Takacs

« La haine n’est pas le contraire de l’amour, c’en est l’envers. », disait Balzac.

De l’amour qui inspire à l’étouffement progressif ou au sacrifice, du rêve intime et poétique de Schumann aux visions larges et révolutionnaires d’un Wagner, les ambitions, les rivalités, les passions se déchaînent.

Autour des correspondances romantiques de Clara et Robert Schumann, Mathilde Wesendonck et Wagner, Liszt, Mendelssohn, Brahms ou de textes critiques, Nietzsche contre Wagner, George Sand, Hoffmann, ou Debussy contre la musique allemande… Julie Depardieu et Charles Berling s’aiment et se déchirent.

Biographies

Clément Mao - Takacs est l'une des étoiles montantes de la nouvelle génération de chefs d'orchestre. Diplômé du Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris ainsi que de l'Accademia Chigiana de Sienne, il est lauréat du Festival de Bayreuth et a reçu le Prix "Jeune Talent" 2008 décerné par la Fondation del Duca (Institut de France / Académie des Beaux-Arts). En 2013, il est le premier chef d’orchestre à devenir lauréat de la Fondation Cziffra.

Sa carrière de chef d’orchestre commence très jeune – on peut parler de vocation – puisque c’est à l’âge de 15 ans qu’il dirige son premier concert à la Salle Gaveau (Paris). Il devient l’assistant de Janos Komives à l’Opéra National de Budapest (2002) ainsi que pour plusieurs productions et enregistrements en France (2001-2003). Il est ensuite engagé par le directeur musical de l’Opéra de Rome, Gianluigi Gelmetti, dont il sera l’assistant durant cinq années (2003-2008). Il reprend parallèlement la direction musicale (2004-2010) de l'orchestre Sérénade. Il a été invité par la Camerata Strumentale « Città di Prato », l’Ensemble à vents du CNSMDP, le Festival Orchestra de Sofia, les ensembles Aquilon et Initium, et entamé une collaboration avec Avanti! Chamber Orchestra. Il fonde en 2011 Secession Orchestra, dont il assure la direction musicale et artistique. Immédiatement salué par la critique pour son excellence et sa cohésion, Secession Orchestra donne de nombreux concerts en France et en Europe. En 2016, il sera invité par l’Orchestre de Bretagne et fera ses débuts américains à New-York avec ICE Ensemble.

Sa maîtrise technique, sa connaissance étendue du répertoire et son exigence sont unanimement reconnues et appréciées aussi bien dans la musique classique que contemporaine : il est le dédicataire et le créateur de nombreuses pièces (Bargielski, Ballereau, Komives, Feldman, Sikorski, Svensson, Letouvet, Adams, Saariaho, Tarnanen, Stubbe-Tejbjaerg, Mu-Xuan Lin, Vincze, Ashton, Lang, Sciarrino, Koskinen…). Spécialiste de la musique de Kaija Saariaho, il a dirigé les créations de la version de chambre de La Passion de Simone aux festivals Melos-Ethos (Bratislava - Slovaquie), Codes (Lublin – Pologne), à Saint-Denis (Festival en la basilique-cathédrale) et Clermont-Ferrand (La Comédie - Scène Nationale). Il a repris cette œuvre à Copenhague en 2016, dirigeant également la pièce iconique Lichtbogen et la création danoise du concerto Notes on Light et a également donné à plusieurs reprises d’autres pièces de la compositrice (Festival Novalis, BOZAR Opening Night et en 2017 au cours du festival Présences (Radio-France).

Le répertoire lyrique est important pour cet amoureux de la littérature et de l’art dramatique, qui conçoit l’opéra comme le lieu d’intenses collaborations. Sa rencontre avec Peter Sellars est déterminante, et il entretient des liens d’amitiés avec plusieurs acteurs et metteurs en scènes (Olivier Py, Charles Berling, Michel Fau, Brigitte Fossey, Antoine Duléry, Julie Depardieu…) aux univers variés au premier rang desquels il faut citer Aleksi Barrière avec lequel il a créé et codirige la compagnie La Chambre aux échos.

Clément Mao - Takacs a enregistré la pièce Adieu de Stockhausen (Crystal Classics), ainsi qu’un disque consacré à Jacques Ibert (Timpani) qui a reçu 5 « Diapasons » par le magazine du même nom.

Clément Mao – Takacs poursuit aussi une carrière de pianiste, soliste et chambriste. Partenaire de nombreux instrumentistes et artistes lyriques, il vient de terminer la tournée Rising Star dans les plus grandes salles d’Europe avec la soprano Omo Bello. Également compositeur, Clément Mao – Takacs écrit principalement pour la voix comme pour l’orchestre ; il réalise également de nombreuses orchestrations et arrangements. Il possède un DEA de littérature comparée, achève deux doctorats en arts du spectacle et littérature comparée, et publie régulièrement textes et articles. Il est également conseiller artistique pour plusieurs festivals, et va créer deux festivals, l’un en Bretagne (2016) et l’autre à Paris (2017).

Née en 1973 Julie Depardieu étudie d’abord la philosophie. Elle enchaîne toutefois les stages dans le milieu du cinéma avant de donner pour la première fois la réplique à son père dans le Colonel Chabert en 1994 et jouer à la télévision pour la réalisatrice José Dayan avec laquelle elle collaborera six fois.
Julie Depardieu joue autant sur le petit que le grand écran. A la télévision, on peut la voir dans de nombreuses fresques historiques et littéraires comme Le comte de Monte-Cristo en 1999, Jean Moulin, une affaire française en 2003, Milady en 2004, Les rois maudits en 2005 et Au siècle de Maupassant : contes et nouvelles du XIXème siècle en 2009 mais aussi dans des fictions contemporaines comme Bouquet final en 2011 où elle donne la réplique à Jean-Pierre Marielle, Claude Rich et Jeanne Moreau.

Elle enchaîne les rôles, à la fois pour le cinéma d’auteur et grand public. Après avoir tourné entre autres dans Les destinées sentimentales d’Olivier Assayas en 2000, Dieu est grand, je suis toute petite de Pascale Bailly en 2001, le court-métrage Le lion volatil d’Agnès Varda en 2003, Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet et Podium de Yann Moix en 2004, elle obtient une première consécration la même année en devenant la première actrice à remporter deux Césars pour le même rôle dans La petite Lili de Claude Miller (à savoir ceux du meilleur espoir et du meilleur second rôle féminin). Sa collaboration avec ce cinéaste lui sera bénéfique puisqu’elle remporte à nouveau le César du meilleur second rôle pour Un secret en 2008, année où elle joue également son propre rôle dans Le bal des actrices de Maïwenn. Après des années 2009 à 2011 fructueuses entre La femme invisible, d’après une histoire vraie d’Agathe Teyssier dont sa performance est saluée par la critique, Pièce montée de Denys Granier-Deferre, Je suis un no man’s land de Thierry Jousse ou encore L’art d’aimer d’Emmanuel Mouret, on a pu entendre récemment sa voix dans le film d’animation Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill de Marc Boreal et Thibaut Chatel avant de la découvrir bientôt dans l’adaptation du best-seller Les yeux jaunes des crocodiles en 2014.

Touche à tout, Julie Depardieu découvre les planches en 2003 avec Mémoires de deux jeunes mariées d’Honoré de Balzac, puis Le jardon aux betteraves de Roland Dubillard l’année suivante. Passionnée de musique classique, elle met en scène Les contes d’Hoffman d’Offenbach en 2008 et se voit nominée aux Molière en 2011 pour son interprétation de Nono de Sacha Guitry mis en scène par Michel Fau qui la dirige actuellement dans Le misanthrope au Théâtre Montansier et au Théâtre de l’Oeuvre.

Mots clés :
émission précédente
lundi 23 mai 2016