L'invité du jour
Entretien
Lundi 13 janvier 2020
29 min

Jean-Philippe Collard est l'invité du jour

Le pianiste Jean-Philippe Collard sort un nouveau disque consacré aux Goyescas de Granados, et se fait aussi écrivain, puisqu'il publie son autobiographie, "Chemins de musique", toute en poésie.

Jean-Philippe Collard est l'invité du jour
Jean-Philippe Collard

Jean-Philippe Collard, né en 1948 en Champagne-Ardenne, quitte très tôt la maison familiale pour ses études de piano au CNSM de Paris dans la classe de Pierre Sancan. Sa carrière décolle après un cinquième prix au concours Long-Thibaud et un premier prix au concours Cziffra : c'est le début d'une vie de soliste, au quatre coins du monde, émaillée de nombreux enregistrements - sa discographie, à ce jour, compte plus de soixante titres. Au-delà de sa carrière de pianiste, il est aujourd'hui directeur musical des Flâneries musicales de Reims.

"La musique est un compagnonnage de chaque jour. M’en priver serait un crève-cœur. C’est un plaisir et un besoin de rejoindre mon clavier chaque matin. C’est un appel, un désir absolu". Jean-Philippe Collard

Sortie CD : Goyescas de Granados

Créées par Granados lui-même, les Goyescas sont une une suite pour piano écrite en 1911 - suite qui donnera d'ailleurs naissance, quelques années plus tard, à un opéra. Le titre, en forme de néologisme, fait référence au peintre Goya, dont Granados était très admiratif : c'est fort de cet héritage que Jean-Philippe Collard enregistre cette suite, qui sortira en disque le 17 janvier prochain chez La Dolce Volta.

"Les Goyescas ont une écriture pianistique terriblement compliquée. Granados était un immense virtuose. Il avait une certaine idée de l’espace qui couvrait l’ensemble de son clavier, dans des dimensions acrobatiques. C’est une sorte d’inconfort pour moi". Jean-Philippe Collard

De Raymond Kopa à Vladimir Horowitz, "Chemins de musique"

Car en effet, avant de souhaiter être pianiste, Jean-Philippe Collard supportait ardemment le Stade de Reims, rêvant de football. Puis il y a le Conservatoire de Paris, la solitude des tournées, l'absurdité des concours, les concerts riches d'enseignements dans la France rurale, et une solide amitié, tissée au fil des ans, avec Vladimir Horowitz. C'est cet itinéraire que raconte Jean-Philippe Collard dans son autobiographie pleine de poésie, Chemins de musique - « La musique a contribué à faire de ma vie un chant éperdu, quelles qu’en soient les saisons », écrit-il. 

L'équipe de l'émission :