Jeudi 23 janvier 2020
25 min

Hommage à Michel Legrand : Macha Méril, Stéphane Lerouge, Rosalie Varda et Jean-Paul Rappeneau

Ce matin, pour évoquer la mémoire de Michel Legrand, disparu voilà un an, nous accueillons quatre invités de marque : le cinéaste Jean-Paul Rappeneau, la directrice artistique Rosalie Varda, la comédienne et veuve de Michel Legrand Macha Méril, et le biographe et journaliste Stéphane Lerouge.

Hommage à Michel Legrand : Macha Méril, Stéphane Lerouge, Rosalie Varda et Jean-Paul Rappeneau
Michel Legrand en 1975 - L'invité du jour du 23/01/2020, © Getty / Michael Putland

Michel Legrand, sa vie, son oeuvre 

Michel Legrand est né et a grandi au sein d’une famille de musiciens. Son père était le compositeur Raymond Legrand. Son oncle, Jacques Hélian, était chef d’orchestre. Sa sœur, Christiane Legrand fera une carrière de chanteuse de jazz. 

Le jeune Michel fait ses études de piano et d’écriture au Conservatoire de Paris, dans les classes de Lucette Descaves et Nadia Boulanger. En 1949, il reçoit le choc de la musique jazz lors d’un concert de Dizzy Gillespie. Deux ans plus tard, en 1951, il pénètre le monde de la variété, et démarre une carrière d’accompagnateur et arrangeur avec Henri Salvador, Zizi Jeanmaire et Maurice Chevalier. Elle se poursuivra par la suite avec les plus grands chanteurs de variété, de jazz et de classique : Charles Aznavour, Frank Sinatra, Sarah Vaughan, Ela Fitzgerald, Jessye Norman, Kiri Te Kanawa, Nana Mouskouri, Claude Nougaro, Natalie Dessay. 

En 1954, son premier album I love Paris, constitué de chansons françaises arrangées en jazz remporte un énorme succès. C’est le point de départ d’une carrière internationale retentissante dans le jazz. Il va travailler avec des musiciens aussi célèbres que Miles Davis, John Coltrane, ou Bill Evans. Certaines de ses compositions deviennent des standards de jazz : La Valse des lilas (Once upon a summer time), La Chanson de Maxence (You must believe in spring).

Au cours des années 1960, Michel Legrand commence une seconde carrière, dans le cinéma cette fois. La Nouvelle Vague est en train de s’imposer. Il a l’opportunité de composer des musiques pour des films d’Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 (1962), et Jean-Luc Godard, Une femme est une femme (1961), Vivre sa vie (1962), et Bande à part (1964). Mais c’est sa collaboration avec le réalisateur Jacques Demy qui va marquer le plus le cinéma français. Après Lola (1961), Les Parapluies de Cherbourg (1964), dont la musique est nommée aux Oscars, Les Demoiselles de Rochefort (1967), et Peau d’âne (1970), marquent la naissance d’un genre, la comédie musicale à la française. 

Cependant, dès 1966, Michel Legrand s’est installé à Los Angeles pour tenter sa chance à Hollywood. Il va ainsi connaître la consécration à plusieurs reprises : Meilleure Chanson Originale aux Oscars et aux Golden Globes pour le titre The Windmills of your mind du film L’Affaire Thomas Crown de Norman Jewison (1968), Oscar de la meilleure musique de film pour la bande originale du film Un été 42 de Robert Mulligan (1971), Oscar de la meilleure adaptation musicale pour le film Yentl de Barbra Streisand (1983). En 2009, la Cinémathèque Française fête les 50 ans de carrière de Michel Legrand, en projetant les principaux films dont il a écrit la musique. En 2014, après deux mariages successifs, il épouse la comédienne Macha Méril à Monaco. En 2017, il se lance un nouveau défi en remontant sur scène, cette fois seul au piano, au Théâtre du Rond-Point à Paris.

Il disparaît le samedi 26 janvier 2019 à Paris, à l'âge de 86 ans.

Macha Méril

Macha Méril est née le 3 septembre 1940 à Rabat, au Maroc. Fille d'une famille russe exilée, sa mère, est issue de la noblesse ukrainienne et son père, est un prince russe. Après la Révolution bolchévique de 1917, ses parents décident de fuir son pays avec ses quatre enfants pour s'occuper d'une plantation d'agrumes au Maroc. C'est à l"âge de cinq ans que Macha Méril, ses deux sœurs et sa mère s'installent à Paris. Après le lycée, elle s'inscrit à l'université pour y suivre des études de lettres. Mais rapidement attirée par la comédie, elle abandonne son cursus pour l'école du Théâtre National Populaire et les cours d'art dramatique de Charles Dullin.

Macha Méril fait ses débuts au cinéma grâce à Gérard Oury qui lui offre son premier rôle important en 1959 dans La main chaude. Ce premier succès incite la jeune actrice à poursuivre outre atlantique sa carrière. Elle s'inscrit à l' Actor's Studio à New York et y suit des cours pendant deux années jusqu'en 1962. Après quelques téléfilms américains, et un long-métrage, Mercredi soir, 9h, de Daniel Mann, elle revient en France et devient une des figures emblématiques de La Nouvelle Vague. Jean-Luc Godard lui offre le rôle principal dans Une femme mariée (1964) qui lance définitivement sa carrière. L'actrice enchaîne les rôles et les collaborations prestigieuses, Belle de jour de Luis Bunuel (1966), Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat (1972), Beau-père de Bertrand Blier (1981), Les uns et les autres de Claude Lelouch (1981), Le Grand Carnaval d'Alexandre Arcady (1983) ou encore La Vouivre de Georges Wilson (1989). 

L'actrice se consacre au théâtre à partir de la fin des années 80. Plus discrète au cinéma, elle choisit ses rôles avec parcimonie. En 2009 elle est à l'affiche de Trésor de Claude Berri et apparaît dans la comédie Un bonheur n'arrive jamais seul en 2012 avec Sophie Marceau.

Macha Méril est a également écrit de nombreux ouvrages.

Stéphane Lerouge

Originaire du Finistère, Stéphane Lerouge se passionne, enfant, pour la bande originale de film et se forge une solide culture encyclopédique. Après des études au département cinéma de l’Université Paris I, il obtient un diplôme d'études approfondies. 

Le compositeur Vladimir Cosma et le producteur Alain Poiré l’encouragent très vite à faire de sa passion un métier. En 1992, il fait paraître la bande originale Les Brigades du Tigre, une compilation inédite des musiques de Claude Bolling. Stéphane Lerouge se donne pour mission de retrouver, restaurer, sauvegarder et diffuser le patrimoine musical du cinéma.

Depuis plus de 15 ans, Stéphane Lerouge est le responsable de la collection discographique "Ecoutez le cinéma !", chez Universal Music France. Il réédite des bandes originales de films rares, épuisées ou jamais éditées comme celle de Pierrot le fou par Antoine Duhamel, celle de La Piscine par Michel Legrand ou bien encore celle des Félins de Lalo Schiffrin. 

Pendant vingt-cinq ans, il a travaillé avec Michel Legrand sur les rééditions phonographiques du compositeur.

Stéphane Lerouge co-écrira avec Michel Legrand, deux autobiographie de ce dernier : J’ai le regret de vous dire oui (2018), paru chez Fayard et Rien n’est grave dans les aigus (2013), paru aux éditions Editions Cherche-Midi.

Il est également commissaire de l'exposition "Rien n'est grave dans les aiguës", à Radio France, du 12 décembre 2019 au 30 janvier 2020.

Rosalie Varda

Créatrice de costumes, actrice et directrice artistique, elle a croisé le chemin de Michel Legrand, dans sa carrière, à de nombreuses reprises. Parmi elles, on note le film Parking (1985), de Jacques Demi ; Rosalie Varda était alors costumière pour ce film. En tant qu'actrice, sa première collaboration avec Michel Legrand fut le film Peau d'Âne (1964), elle jouait la petite fille dans la scène de fin.

Par la suite elle a joué dans L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune (1973) et dans le documentaire L'Univers de Jacques Demy (1995). 

En 2014, Rosalie Varda publie en collaboration avec Emmanuel Pierrat Il était une fois "Peau d'Âne". Ce livre est une promenade subjective au coeur du film Peau d'Âne. Cet ouvrage nous fait revenir dans le temps, il permet de faire découvrir ce conte aux nouvelles générations, redécouvrir aux plus grands et rendre heureux les cinéphiles amoureux du film originel.

Jean-Paul Rappeneau

Jean-Paul Rappeneau est un réalisateur et scénariste français. Tout comme Rosalie Varda, la route de Jean-Paul Rappeneau et de Michel Legrand se sont croisées de nombreuses fois. 

En 49 ans de carrière, il a réalisé huit longs-métrages et consacre beaucoup de temps à l'écriture de chacun de ses scénarios. Sur les huit long-métrages, la musique de trois d'entre-eux a été composé par Michel Legrand : La Vie de château (1966), Les Mariés de l'an II (1971) et Le Sauvage (1975).

Jean-Paul Rappeneau sera l'invité d'honneur du festival Le Bonheur fait son cinéma !, qui se tiendra au théâtre André Malraux de Rueil-Malmaison du 29 janvier au 2 février 2020. Au programme : débats, remise de prix, avant-premières et ciné-concert. 

Plus d'informations sur ce festival sont disponibles en cliquant ici.

Concerts à la Maison de la Radio 

L'équipe de l'émission :