Samedi 24 octobre 2020
20 min

Fanny Reyre Ménard, luthière et vice présidente de la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale (CSFI)

Dans un souci de respect de l'environnement, les luthiers sont de plus en plus concernés par des règlementations qui impactent leur approvisionnement en matière premières tels que les bois et essences précieuses ou certains métaux. Comment concilier lutherie et écologie ?

Fanny Reyre Ménard, luthière et vice présidente de la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale (CSFI)
Fabrication d'un violon, © Getty / Kathrin Ziegler

Depuis 1890, la Chambre Syndicale regroupe sociétés et artisans qui fabriquent, réparent, distribuent et exportent les instruments de musique et accessoires associés. Elle accueille également des revendeurs, quatre associations professionnelles d'artisans luthiers (Aladfi, Glaaf, Aplg, Unfi), la chambre syndicale des revendeurs (CSMM) et l'organisation professionnelle des techniciens du piano (Europiano).  Les missions essentielles de la Chambre Syndicale de la Facture instrumentale sont les suivantes : 

  • La défense des intérêts de ses membres et plus largement la protection des métiers de la facture instrumentale
  • Le développement de la pratique instrumentale pour tous
  • La promotion des facteurs français à l’étranger
  • L’élaboration d’une communication globale pour l’ensemble de la profession
  • Le suivi des réglementations internationales, nationales et européennes des bois et des produits chimiques utilisés dans la facture instrumentale

Toutes les informations de la CSFI sont à retrouver ici !

L'équipe de l'émission :