L'invité du jour
Entretien
Vendredi 18 décembre 2020
25 min

Emmanuel Ceysson : "Les musiciens français ne connaissent pas leur chance"

Après cinq ans dans la fosse du Metropolitan Opera de New York, le harpiste Emmanuel Ceysson est soliste de l'Orchestre Philharmonique de Los Angeles depuis septembre dernier. Passant du lyrique au symphonique, il nous raconte sa vie de musicien français expatrié aux Etats-Unis.

Emmanuel Ceysson : "Les musiciens français ne connaissent pas leur chance"
Emmanuel Ceysson - Musique Matin du 18/12/2020, © Maxppp / PHILIPPON JOEL

Choisi parmi 75 autres de ses pairs dans un processus d'audition totalement aveugle et anonyme, Emmanuel Ceysson a débuté en tant que nouvel harpiste au philharmonique de Los Angeles sous la direction de Gustavo Dudamel, en septembre 2020. Cette nouvelle position symphonique passionnante vient après presque 15 ans à jouer du lyrique en fosse, comme harpe principale : d'abord à l'Opéra National de Paris, poste qu'il a remporté à 22 ans, puis pendant 5 saisons complètes avec le légendaire Orchestre du Metropolitan Opera à New York.

Sa nouvelle qualité de harpiste à Los Angeles s'opère par une envie de changement, "J'avais envie d'autre chose et avais finalement fait le tour du répertoire pour harpe dans l'opéra", nous dit-il.

Un instrument de niche

La harpe est peu connue du grand public, et peu jouée en Europe, la difficulté à transporter l'instrument n'aidant pas. Emmanuel Ceysson se désole car "la harpe peu chanter autant que le piano, peut-être même plus".

Historiquement, la France a entretenu de longues relations avec la harpe, dû à Sébastien Erard, en 1812, qui en a développé la manufacture. Expatrié aux Etats-Unis, ce n'est pas seulement ses qualités de musiciens qu'il emmène avec lui, mais bien une école française de harpe.

Opéra VS Philharmonique

Tandis que le Metropolitan Opera de New York a fermé ses portes depuis mars et ce, jusqu'à septembre 2021, l'Orchestre Philharmonique de Los Angeles, lui, continue, grâce au Hollywood Bowl, une salle de concert ouverte sur l’extérieur, permettant ainsi des conditions sanitaires optimales. Cela permet le maintien des activités de l'orchestre et également de ne pas voir son budget décroître, bien moindre comparé à celui d'un opéra tel que le Met. 

"Le budget d'un Opéra et d'un Orchestre Symphonique n'a rien à voir !", déclame Emmanuel Ceysson.

A l'inverse du Met, en France, le financement de la culture et des salaires passe par les pouvoirs publics, contrairement aux Etats-Unis qui fonctionnent sur un modèle privé, ainsi, le Met fermé ne peut payer tout ses employés. "Je comprends que les musiciens français soient malheureux de ne pas pouvoir être sur scène auprès du public, mais ils ne connaissent pas leur chance", nous partage le harpiste.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Emmanuel Ceysson

Né en France, il a été admis à l'unanimité comme élève du Conservatoire de Paris à seulement 16 ans, puis a réussi à récolter les plus hautes distinctions et prix internationaux en 10 ans.

Il a également participé à d'importants Festivals musicaux dans le monde entier, notamment le Cartagena Music Festival, le Mecklenburg Vorpommern Festival ou encore le Hong Kong Premiere Performance.

En tant qu'artiste d'enregistrement, sa large discographie couvre le répertoire de harpe solo, de chambre et de concerto avec des labels tels que Naxos, BR klassik, Naïve, Aparte, et a reçu les éloges de la presse spécialisée.

Il investit également beaucoup de temps dans des masterclasses d'enseignement du monde entier, et en particulier en Finlande, où il occupe un poste de professeur invité pendant les trois prochaines années à la Helsinki Sibelius Academy.

Les invités :
L'équipe de l'émission :