L'invité du jour
Entretien
Lundi 18 avril 2016
1h 23mn

Daniel Cuiller

Violoniste de formation, Daniel Cuiller s’engage très tôt dans une démarche personnelle en faveur des répertoires historiques, alliant pratique sur instruments anciens, recherche appliquée, diffusion et production discographique.

En 1982, il crée l’Ensemble Baroque de France avant d’être, à la demande de William Christie, 1er violon de l’orchestre des Arts Florissants jusqu’en 1986, ce qui le mène à la direction de Stradivaria, orchestre spécialisé dans le répertoire baroque et classique.

Sa discographie en solo sur l’instrument original (Fantaisies de Telemann, Corelli & Co, Concertos de Leclair, Pergolèse, Corrette, Telemann) rejoint les nombreux enregistrements réalisés avec Stradivaria (Universal, Cyprès, K 617, Arion, Mirare) qui vont porter au premier plan ses projets consacrés à la musique ancienne.

Par une pédagogie appliquée au répertoire baroque, Il intervient dans les Conservatoires de France : régionaux (Nantes, Angers, Brest, Caen, Rouen, Metz, Nancy, Cergy) et nationaux (CNSMD de Paris et Lyon) ainsi qu’à Prague, aux Rencontres de l’Escorial (Madrid), et à l’Académie Internationale de Sablé (de 1992 à 2002). Daniel Cuiller a animé des master-classes (Helsinki, Oslo, Rome, Madrid, Montréal, Calcutta, Taïwan, Pékin) et depuis 2012 au Shiodome Hall (C.C.F. Tokyo).

A la tête de l’ensemble Arion de Montréal, il a dirigé la musique de ballet de Jean-Féry Rebel et reçu deux prix Opus : meilleur concert – meilleur disque de l’année 2006.
La restitution et la création de la tragédie lyrique « Pirame et Thisbé » de Rebel et Francoeur (Angers Nantes Opéra – 2007) fait suite à ses recherches à la B.N.F.
Il a écrit la musique de scène de « Galantes Scènes » (A.N.O. & Bruxelles – 2010).

Pour la première fois depuis sa création au XVIII siècle, le Te Deum pour les Victoires de Louis XV d'Henry Madin résonne en 2015 dans la Chapelle Royale de Versailles. Stradivaria, ensemble baroque de Nantes dirigé par Daniel Cuiller, et Les Cris de Paris, choeur de chambre dirigé par Geoffroy Jourdain, reprennent l'oeuvre du compositeur né à Verdun en 1698 et qui fut sousmaître de la Chapelle du Roi à partir de 1738. L'interprétation du Te Deum, le plus long composé sous l'Ancien Régime, est complétée par celle du Diligam te, Domine, l'une des oeuvres principales de Madin qui s'inscrit dans le style du motet à grand choeur. Lors d'un concert unique et immortalisé, les deux oeuvres ont repris vie dans ce lieu historique hautement symbolique et sont présentées aujourd'hui dans la Collection Alpha / Château de Versailles.

Mots clés :
émission précédente
vendredi 15 avril 2016
émission suivante
mardi 19 avril 2016