L'invité du jour
Entretien
Vendredi 10 décembre 2021
25 min

Les standards du label Blue Note magnifiés par Cecil L. Recchia

Cecil L. Recchia part sur les traces du mythique label de jazz new-yorkais Blue Note. Sur son nouveau disque, "Play Blue", la chanteuse française revisite les titres instrumentaux qui ont fait les grandes heures du label américain en proposant des versions vocales inédites.

Les standards du label Blue Note magnifiés par Cecil L. Recchia
La chanteuse Cecil L. Recchia rend hommage au Label Blue Note dans son nouveau disque, © Peurduloup

Après un disque consacré à la Nouvelle Orléans, Cecil L. Recchia nous emmène à New York et plus précisément dans les archives du label Blue Note.
La chanteuse a eu une idée simple et originale : ajouter des paroles sur certains des plus grands titres instrumentaux qui ont fait le succès du label américain. Sur ce disque Play Blue, conçu durant le confinement, c’est le batteur David Grebil qui signe les arrangements. Et c’est avec ses mots que la chanteuse s’approprie ces classiques du jazz, comme sur le célèbre titre "Driftin" d’Herbie Hancock ou encore "The Sidewinder" de Lee Morgan.
Cette envie d’expérimenter et de proposer un nouveau regard sur ces standards avait déjà démangé  la chanteuse. En effet en 2015, sur son disque Songs of the Tree : A Tribute to Ahmad Jamal, Cécil L. Recchia avait eu cette volonté de mettre des paroles sur la musique du pianiste et compositeur américain. 

Le son Blue Note, c’est un son assez "sale" 

Cette fois-ci, la chanteuse franco-italo-espagnole a décidé de rendre hommage au label Blue Note qui a fêté ses 80 ans en 2019, en se penchant sur cette sonorité particulière typique de cette maison. Selon Cecil L. Recchia, il est facile de la reconnaitre grâce à ce son "très live où les enregistrements se faisaient très souvent la nuit après des concerts". Elle a ainsi voulu refléter sur son disque l’ambiance des jazz clubs que l’on pouvait aisément ressentir à l'écoute de ces standards.
La chanteuse a également eu à cœur de mettre la danse au centre de ce projet : "Pour moi le jazz, c’est d’abord le rythme et la pulsation : il faut faire entendre la batterie dans sa voix" nous confie Cecil L. Recchia. Un rapport au corps primordial et nécessaire pour convoquer sur ce disque toutes ces grandes figures du jazz qui ont marqué le mythique label… 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'équipe de l'émission :