L'invité du jour
Entretien
Mardi 23 février 2021
25 min

Antoine Tamestit : "Avec Brahms, il fallait trouver des phrases, une histoire pour guider notre musique"

Comme une invocation à la voix, l’altiste Antoine Tamestit dédie son nouveau disque à la Sonate Op 120 de Brahms. Il est accompagné du pianiste Cédric Tiberghien mais aussi du baryton Matthias Goerne qui confie sa voix à la célèbre "Berceuse" ainsi qu'à deux Lieder en trio avec alto et piano, Op91.

Antoine Tamestit : "Avec Brahms, il fallait trouver des phrases, une histoire pour guider notre musique"
Antoine Tamestit, pour la sortie de son disque "Sonatas Op120 de Brahms" paru chez Harmonia Mundi le 19 février 2021., © Philippe Matsas

Antoine Tamestit a toujours été intimement lié à la voix chantée. Dès son plus jeune âge il s’imprègne de vocalité à travers Marilyn Horn, Maria Callas, Fritz Wunderlich, et s'initie aux opéras Bel Cantiste de Donizetti et Bellini. Il déclare “chanter avec son alto, instrument parfait pour reproduire la voix humaine.” Dans son nouveau disque consacré à Johannes Brahms, l'altiste place au centre de l'ouvrage les sonates Opus 120 n°1 et n°2.
L'alto tient ici le rôle particulier du chant. Chant qui sera ensuite développé dans la voix du baryton Matthias Goerne dans Wiegenlied Opus 49 (Berceuse) et dans Zwei Gasänge pour voix, alto et le piano de Cédric Tiberghien. Antoine Tamestit déclare que "dès les premiers sons, ils étaient emportés par la voix de Matthias Goerne procurant cette musique qui venait de tout son corps."
Brahms composa ces deux Lieder à l'occasion de la naissance de son filleul Johannes Joachim, fils de Amalie Joachim, elle-même chanteuse et de Joseph Joachim, violoniste, ami proche du compositeur et de Clara Schumann. 

C'est tout d'abord à la voix maternelle que Antoine Tamestit rattache le thème de la Berceuse."Qui mieux que l'alto instrumental peut se substituer à la douce voix d'une mère ?" questionne la musicologue Brigitte François-Sappey, dans le livret du disque. Cette berceuse fut elle aussi composée pour une naissance d'un proche du compositeur allemand, en 1868.
Dans ce répertoire, le piano et l'alto sont autant au service du chant que la ligne de baryton. C'est alors que l'alto et la voix s'épanouissent dans une même voie, animé par une musicalité concertante.  Cédric Tiberghien joue dans ce disque sur un Bechstein de 1899, qui est l'un des premiers pianos du Wigmore Hall de Londres.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En passant de la version clarinette à la version alto de ces sonates de Brahms, Antoine Tamestit a "compris d'où la chaleur de ces notes d’alto devait venir [...] La proximité chambriste confond les voix, on ne sait plus qui doit guider l'autre."

Le chant s’impose, faire chanter Brahms relie toujours l’alto à la voix d’alto, de l’instrumental au chant qui est un son infini, sans coup d'archet ni doigtés. Mon stradivarius m’a poussé dans la direction du chant, il vibre, ondule et chante. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Antoine Tamestit a étudié au CNSM de Paris dans la classe d'alto de Jean Sulem. Il a ensuite été l'élève de Jesse Levine et du Quatuor de Tokyo à l'Université Yale, puis de Tabea Zimmermann à Berlin.
Il a remporté de prestigieux prix et concours comme le Concours international d'alto Maurice Vieux, de William Primrose,  le Young Concert Artists Auditions à New York et le Concours international ARD de Munich. Il est nommé New Generation Artist de la chaîne BBC pour 2005-2006 et 2006-2007 et Révélation soliste instrumental de l'année aux Victoires de la musique classique 2007.

La voix de l'alto

Il est membre du « Trio Zimmerman » fondé en 2007 par le violoniste Frank Peter Zimmermann, avec avec Frank Peter Zimmermann et Christian Poltera. "Musicien et altiste passionné, je joue des récitals, des concertos et de la musique de chambre à travers le monde. J'aime voyager et partager la musique avec le public et des partenaires de différentes cultures. " Il est aussi directeur artistique du Viola Space Festival à Tokyo, au Japon. Ce festival unique est consacré à l'ensemble du répertoire de l'alto à travers les siècles et commande régulièrement de nouvelles œuvres. En outre, le Tokyo International Viola Competition, qui se déroule tous les trois ans, ainsi que les Master Classes annuelles, les projets éducatifs et le soutien artistique continu des jeunes altistes, sont l'essence de ce Festival.

Antoine Tamestit a été de 2007 à 2013 professeur d'alto à la Hochschule für Musik und Tanz Köln (Cologne). Depuis septembre 2013, il enseigne au Conservatoire de Paris.
Il a l'honneur de jouer un alto d’Étienne Vatelot et depuis 2008, un Stradivariusde 1672, nommé le "Mahler", l'un des dix seuls altos Stradivari restants au monde, qui est le premier alto du maître italien, prêté par la fondation Suisse Habisreutinger Foundation.

Brahms est une musique instinctive qui sort du coeur et de la respiration. 

Les invités :
L'équipe de l'émission :