L'invité du jour
Entretien
Vendredi 8 octobre 2021
25 min

Alexis Kossenko : "Il n'y a pas trop d'orchestres en France, on a de la chance d'avoir cette offre musicale"

Quelques semaines après la fusion officielle de l'Orchestre La Grande Ecurie et la Chambre du Roy avec Les Ambassadeurs, le chef d'orchestre Alexis Kossenko publie deux disques à la tête de sa nouvelle formation et entend ainsi s'élancer dans d'ambitieux projets avec son ensemble.

Alexis Kossenko : "Il n'y a pas trop d'orchestres en France, on a de la chance d'avoir cette offre musicale"
Le chef et flûtiste Alexis Kossenko publie deux nouveaux disques : l'un consacré à l'Orchestre de Dresde et l'autre à un opéra méconnu de Rameau, © Samuel Dhote

Alors que le grand Jean-Claude Malgoire nous quittait en avril 2018, il laissa derrière lui orphelin son ensemble historique La Grande Ecurie et la Chambre du Roy. Les musiciens de la formation baroque choisissent alors Alexis Kossenko pour lui succéder. Le chef qui est déjà à la tête de la formation qu’il a créé en 2011 : Les Ambassadeurs, décide de réunir ces deux ensembles afin d’éviter tous "conflits d’intérêts" entre les deux orchestres. Le nouvel ensemble se nomme ainsi : Les Ambassadeurs - La Grande Ecurie : "Je ne voulais pas privilégier un orchestre au détriment de l’autre, on a voulu mettre tous nos efforts au service d’une même cause" nous raconte le chef.
Pour Alexis Kossenko, cette fusion n’effacera pas pour autant les spécificités de chacun des deux orchestres. Pas question de mettre de côté tout l’héritage de Jean-Claude Malgoire qu’il a tissé en plus de 50 ans de carrière : "Il avait cette ouverture d'esprit fabuleuse que je veux garder, passer d'un répertoire à l'autre et ne pas faire que de la musique baroque" détaille son successeur.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

C’est précisément avec "cette gourmandise pour la musique" chère à Jean-Claude Malgoire, qu’Alexis Kossenko a souhaité publier deux nouveaux disques à la tête de sa formation.
Son dernier album "Per l’orchestra di Dresda - Vol 1 Ouverture" sorti chez Aparté fin août ressuscite l’un des orchestres les plus importants du XVIIIe siècle : l’Orchestre de Dresde.
Créé officiellement en 1709, suite à l’envie du Prince Electeur Friedrich August I de s’inspirer de l’orchestre qu’il a découvert à Paris lors d’un voyage, l’Orchestre de Dresde devient rapidement une formation musicale de renom. Elle accueille alors de nombreux musiciens français dans ses rangs. C’est ainsi dans un style français que l’orchestre se développe, avant d’accueillir, quelques années plus tard, de nombreux musiciens italiens. Ce mélange franco-italien qui infusera dans la sonorité de l'orchestre fait émerger le fameux "goût mêlé", caractéristique du répertoire que l'on pouvait entendre à cette époque. "Tout le gratin de la musique était à l’Orchestre de Dresde, il y avait de nombreux instrumentistes star comme Pisendel" s'enthousiasme Alexis Kossenko.
C’est également sous le signe de Rameau, que le chef aborde cette rentrée. En effet, Alexis Kossenko fait revivre une partition oubliée du compositeur français : Achante et Céphise, une pastorale héroïque qui sortira le 5 novembre chez Erato avec Sabine Devielhe et Cyrill Dubois dans les rôles-titres.

Les invités :
L'équipe de l'émission :