A l'improviste
Magazine
Lundi 8 juillet 2013
40 min

A l’improviste a enregistré le 10 juin dernier au studio 106 de Radio-France, une très belle rencontre avec Benat Achiary, (voix), Serge Pey (poète sonore) & Julen Axiary (batterie)

"A l'Improviste" se referme cette saison sur le dialogue des mots et des sons. Le chanteur basque Benat Achiary nous convie à un rendez-vous poétique en s'associant à un vieux compagnon de route, le poète toulousain Serge PEY. (Le percussionniste Julen Axiary, fils du chanteur basque, est aussi de la partie…)

"De Serge Pey, né à Toulouse en 1950 dans une famille ouvrière, certains ont eu entre les mains les livres de poésie, d'autres ont surtout à l'oreille sa langue, son chant, ses inflexions et ses incantations ; d'autres encore se souviennent des bâtons sur lesquels à une époque il gravait ses poèmes ; une poésie d'action, un poésie témoignante, qui très souvent crie la douleur des hommes.
Serge Pey ouvre grand l'espace oral de la poésie, et ouvre grand aussi les dictionnaires, pour que les mots s'en échappent et chantent…"

Extraits écrits et lus par Serge Pey :
« Quand tu te tresses les cheveux, tu fais des noeuds dans les miroirs... »
« J'Est ton Nord et j'Ouest ton Sud... »

Extrait des « Chants électro-néolithiques »

« Chut, c'est moi, je m'appelle Sawatche.... »
Extrait de « Droit de voirie » (Editeur Maelstrom RéEvolution)

« Tu m'as remis une valise ouverte... »
Extrait de « Ahuc » (Editeur : Flammarion)

« Quand je parle de tes poèmes à un imbécile... »
« Quand un poème ne peut plus même sauver la mort… »
« Ma mère m'a donné une main... »

Extrait de « Tombeau pour un miaulement » (Edition Gruppen)

Biographie Benat Achiary
Enseignant au Conservatoire de Bayonne et directeur artistique de l’Errobiko Festibala (Festival de la Nive). Son terrain de chasse privilégié reste avant tout, la scène, où il peut donner toute la (dé)mesure de son talent de vocaliste acrobate atypique.
L’énergie a pris le dessus. La langue du peuple basque, celle des poètes d’où qu’ils soient, chante avec fougue inconsciente et naturelle. Amour de la poésie, de l’authentique expression, celle qui vient du plus profond du cœur pour rejoindre les limites du cosmos. Depuis le chant de ses origines jusqu’aux aventures des rives du jazz et de la musique improvisée, toujours poussé par les vents des découvertes sonores, Beñat Achiary trace sa voix et son chemin dans le chant des hommes et, du Mexique au Zimbawe, parcourt le monde avec des artistes comme lui passeurs d’une tradition forte.
Décloisonnement tranquille, sa musique n’est pas ethnique, c’est une fusion nomade, émouvante, précise, habitée, instinctive.

Vous l’aurez compris, cet explorateur infatigable multiplie les expériences, naviguant avec une aisance confondante du jazz, à la musique traditionnelle, en passant par la musique contemporaine (notamment le monde de la danse).
Entre respect de la tradition et improvisation libre, Achiary se place au service de la langue et de l’expression orale, tout en bâtissant, disque après disque, un univers poétique, à nul autre pareil.
Comme il le répète souvent à ses élèves, ce n’est pas vous qui choisissez le chant, c’est le chant qui vous choisit et ce sont les différentes rencontres qui le mûrissent. En partant du chant basque, Achiary s’ouvre ainsi aux autres musiques plurielles, s’en imprègne, en retire toute la sève sémantique.
Et lorsqu’il nous en restitue sa propre vision spirituelle, sa voix abolit subitement toutes les frontières linguistiques, elle se jette corps et âme sur les mots, les pétrit, les malmène, soit sur un mode serein ou alors de manière presque menaçante, eructante, elle part en vrille, titille les aigus, pour l’instant d’après recoller à la mélodie, que l’on pensait dévastée et pourtant toujours aussi vaillante et reconnaissable.
Biographie extraite du site Les Allumés du Jazz

Biographie Serge Pey
Serge Pey est né en 1950 dans une famille ouvrière du quartier de la cité de l’Hers à Toulouse. Enfant de l’immigration et de la guerre civile espagnole, son adolescence libertaire fut traversée par la lutte antifranquiste et les mouvements révolutionnaires qui secouèrent la planète. Militant contre la guerre du Vietnam, il participa activement aux événements de mai et juin 1968.
Parallèlement à son engagement politique, il découvrit très tôt la poésie et les voix de fondation qui transformèrent sa vie. De Lorca à Whitman, de Machado à Rimbaud, de Villon à Baudelaire, de Yannis Rítsos à Elytis, d’Alfred Jarry à Tristan Tzara, des troubadours à Antonin Artaud, des poésies chamaniques à celle des poésies visuelles et dadaïstes… Il commence alors la traversée d’une histoire de la poésie contre la dominance française des écritures de son époque.
C’est au début des années soixante-dix que Serge Pey inaugure son travail de poésie d’action et expérimente, dans toutes ses formes, l’espace oral de la poésie. En 1975 il fonde ÉMEUTE puis en 1981 les éditions TRIBU.
Coopérative d’édition à la distribution nomade, TRIBU a publié sous sa direction des auteurs comme Bernard Manciet, Jean-Luc Parant, Gaston Puel, Rafaël Alberti, Dominique Pham Cong Thien, le Sixième Dalaï Lama, Allen Ginsberg, Ernesto Cardenal, Armand Gatti, Henri Miller… Il fut l’éditeur de Jaroslav Seifert prix Nobel de littérature en 1984. Dans Les funambules de Prague, réalisé avec son ami Karel Bartocek, il donna à lire en France des auteurs comme le philosophe Karel Kosik ou Vaclav Havel.
Serge Pey a reçu en mai 2013 le Grand Prix international de Poésie Francophone Robert Ganzo pour l'ensemble de son œuvre et de son dernier recueil « Ahuc, poèmes stratégiques » (Flammarion).

Ailleurs sur le web

L'équipe de l'émission :