Lundi 27 octobre 2014
5 min

A l'autre bout du casque... L'Amérique latine

Du Vallenato traditionnel colombien au « narco corrido » mexicain (balades à la gloire des narco trafiquants).

Le vallenato est un genre musical originaire de la côte Caraïbe colombienne et plus précisément de la région de Valledupar. Il est né à la fin du XIXème siècle suite à l’introduction de l’accordéon dans la musique populaire locale acompagné par la guacharaca indigène (percussion à friction d’origine indienne) et la caja, un tambour africain instrumental.

{% embed youtube M0OckWmwelY %} Sur la côte Pacifique, la forêt a donné naissance aux marimbas, des xylophones au son très doux. Enfin, à l’Est, les plaines des Llanos sont hantées par les voix qui célèbrent les randonnées à cheval et les amours impossibles.

L’origine du mot « vallenato » fait l’objet d’une certaine controverse, mais l’hypothèse la plus généralement admise est qu’il provient d’une ancienne dénomination populaire des habitants de Valledupar. Selon cette théorie, lorsque l’on demandait à ces gens d’où ils venaient, ils répondaient habituellement : « Soy nato del Valle » (je suis de la vallée), autrement dit : « Soy del Valle nato ».

{% embed youtube N6Ybz_8uB2c %} Les chansons chroniquent la vie quotidienne, ce sont des formes de courriers chantés, les musiciens allaient de villages en villages, de sentiers en sentiers portant l’information des dernières nouvelles qu’ils chantaient aussi pour des occasions spéciales (mariages, naissances etc). Lorsqu’ils dansaient, il en faisaient des « cumbiambas « (valse rythme à 3 temps)

Cette musique traditionnelle a subit de nombreuses influences : l'espagnole, l'africaine et l'indigène. Elle représente le rapport complexe du métissage que vivent chaque jour les colombiens. On reconnaît les dizains typiquement espagnols, le tout enrobé d'un rythme syncopé, fidèle aux rythmes africains, l'accordéon européen. Les indigènes également ont apporté leur touche de culture avec le "guacharaca".

Le vallenato est l’ancêtre du « narco corridor » un genre musical né dans les années trente qui raconte les faits de guerre des narco-trafiquants et chantent à la gloire des mafieux locaux. Il suit le même principe que le vallenato : la chronique de la vie quotidienne, sauf que là les chansons font le récit détaillé d’assassinats, de règlements de compte entre barons de la drogue. Les chanteurs sont payés par les trafiquants pour faire l’éloge de leurs derniers faits de guerre. Le documentaire « Narco Cultura » sorti en 2013 nous plonge au cœur de cette musique.

{% embed youtube UaJ_hru9Qk4 %}

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :