L'actu du jour
Magazine
Lundi 19 juillet 2021
3 min

Quand deux violoncellistes naviguent en voilier de concert en concert

Des musiciens troubadours qui naviguent à la voile de port en port. C'est le projet "Violoncelles en voile" porté par de jeunes musiciens en Bretagne. La Barque de Charon, le nom de l'ensemble, a programmé sept dates cet été et espère doubler la programmation l'année prochaine.

Quand deux violoncellistes naviguent en voilier de concert en concert
Adrien Wiot et Kevin Bourdat, le duo de violoncelliste à l'origine du projet Violoncelle en voile, © Radio France / Martin Delacoux

Le duo de violoncellistes a abandonné la vareuse et les chaussures adhérentes pour un ensemble chemise et chaussures cirées. Adrien Wiot et Kevin Bourdat ont navigué aujourd'hui une heure et demi à la voile depuis le port de Lorient, jusqu'à l'île de Groix. Une petite traversée par rapport à ce qu'ils font parfois : cela peut monter jusqu'à 9 heures de voile. De quoi arriver éreintés au concert.

Les deux musiciens ont navigué jusqu'à l'île de Groix. Ils vont se produire dans une petite chappelle à Quelhuit.
Les deux musiciens ont navigué jusqu'à l'île de Groix. Ils vont se produire dans une petite chappelle à Quelhuit., © Radio France / Martin Delacoux

Selon Adrien Wiot, celui qui possède le bateau Juliette qui transporte les instruments et les musiciens, "le monde de la musique et de la navigation sont très différents mais coexistent bien. La musique, c'est quelque chose de riche. La voile, c'est quelque chose de riche. On joue sur des instruments anciens. J'ai un voilier et non pas un bateau à moteur. Comme je fais les deux, je me suis dit pourquoi pas les réunir tout simplement et en faire quelque chose de concret." A cela s'ajoute un rythme à rebours des déplacements incessants des musiciens, souvent en avion.

Au programme ce soir, dans la petite chapelle de Quelhuit, dans la pointe nord de l'île de Groix, des sonates d'Antonio Vivaldi, de Jean-Baptiste Barrière ou un mouvement lent de Luigi Boccherini. Les deux violoncelles tenus entre les jambes portent les marques du temps. Ils ont plus de 200 ans. Les cordes, quant à elles, sont en boyau. Les deux musiciens tentent en effet de se rapprocher le plus possible du son de l'époque. "On essaye de régler les instruments en fonction des témoignages qu'on a de l'époque, explique Kevin Bourdat, que ce soit au niveau de la structure, du choix des cordes ou du choix des archet. Les partitions sont également très lacunaires. On essaye donc de compléter avec des traités, avec des méthodes. C'est la démarche qu'on appelle très généralement 'interprétation historique'."

Adrien Wiot et Kevin Bourdat après avoir quitté le port de Lorient
Adrien Wiot et Kevin Bourdat après avoir quitté le port de Lorient, © Radio France / Martin Delacoux

Ce projet est né pendant les études des deux musiciens. Ils étaient les deux seuls de leur promotion à être intéressés par la musique baroque. Les deux seuls aussi à être mordu de navigation. "Violoncelle en voile" étaient donc la conclusion logique. "Comme je suis très souvent en Bretagne et très souvent sur mon bateau, j'ai dû trouver une solution pour jouer tout de même, se souvient Adrien Wiot. En étant instrumentiste, je ne peux pas partir des mois sans mon violoncelle. Et quand les gens dans les ports m'ont entendu jouer j'ai vu qu'il se passait quelque chose. Ils se demandaient s'il y avait un concert." 

Les instruments ne risquent pas de s'abîmer, sauf chavirage : ils sont bien calés dans la cabine avant dans leur housse. Des extracteurs d'humidité ont été installés pour traiter l'air et ainsi diminuer le travail du bois ou l'usure des cordes. Si bien que "l'humidité est souvent plus forte dans les chapelles où on joue que dans la cabine" s'exclame Adrien Wiot.

Au cours de la saison 2021, les musiciens ont joué entre autre à Saint Pierre de Quiberon, à la Trinité sur Mer ou sur l'île d'Houat, pour sept dates au total. Ils espèrent augmenter le nombre de concerts la saison prochaine et comptent pour cela sur l'aide des habitants qui peuvent les contacter pour contribuer à l'organisation. D'autant que pour le moment les concerts sont en prix libre et ne suffisent pas à rentabiliser les déplacements en voilier.

Par Martin Delacoux

L'équipe de l'émission :