L'actu du jour
Magazine
Mardi 13 juillet 2021
3 min

Comment les petits festivals s'en sortent-ils dans le contexte de la crise ?

Les festivals sont une bouffée d'oxygène quand on s'éloigne des grands centres urbains, là où les habitants sont plus éloignés de la culture qu'ailleurs. Souvent de taille modeste, ils sont plus agiles pour s'adapter aux règles sanitaires. Focus sur trois d'entre eux dans le sud-ouest de la France.

Comment les petits festivals s'en sortent-ils dans le contexte de la crise ?
Le Trio In Uno au Festival international de guitare en Béarn, © Radio France / Martin Delacoux

Cela faisait une éternité que le Trio In Uno n'avait pas joué devant un public. Le bonheur de retrouver la scène était palpable en loge avant le concert à Orthez, dans les Pyrénées-Atlantiques. Pablo Schinke, Giulia Tamanini et José Ferreira, les membres de ce groupe italo-brésilien installé en France depuis longtemps, n'avaient qu'un mot à la bouche : « on est excités ». Après le concert, José Ferreira, le guitariste, parle d'une « sensation intéressante, c'est presque un retour au début, quand j'ai commencé à faire des concerts plus professionnels il y a quinze ans. Il y a de l'anxiété, un petit peu de trac. Mais finalement tout s'est bien passé, on est contents! »

Le groupe est heureux d'avoir été maintenu à l'affiche du Festival international de guitare en Béarn : l'équipe organisatrice a souhaité garder la même programmation qu'en 2020, où l'édition a été annulée en raison de la crise sanitaire. Jean Masmontet, président fondateur du festival, est très ému. D'autant que l'organisation n'a pas été de tout  repos avec des artistes qui n'ont pas pu venir à la dernière minute. "Certains habitants sont dans les pays qui viennent d'être re-confinés, donc difficile de voyager, mais au fil du temps les artistes deviennent des amis puisque nous les logeons chez nous, nous partageons les repas, ils nous connaissent, et il suffit de passer un coup de fil et de dire "un de tes collègues ne peut pas se déplacer, est-ce que tu peux venir ?" et ils acceptent tout de suite."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les organisateurs ont également tenu à continuer à accueillir les artistes chez l'habitant et à organiser des repas entre les musiciens invités et de jeunes guitaristes qui participent à un concours pendant la durée du festival. Ce qui aurait pu paraître comme un risque est au contraire perçu comme un retour à un peu de convivialité.

Un retour des festivals très attendu

D'autres festivals ont eu plus de chance en 2020. Le Festival international de musique de chambre de Thèze a pu maintenir une édition l'année dernière, "avec trois concerts organisés en extérieur, contre six habituellement,"  explique Julien Hervé, directeur du festival. On a créé des apéros-concerts diffusés en ligne qui ont complété la programmation." Cette formule a tellement plu qu'elle est maintenue cette année. Avec comme seule différence que les apéros-concerts pourront également accueillir du public lors de l'enregistrement. Le festival se tiendra du 20 au 31 juillet, avec notamment un concert le 23 juillet intitulé « nuit romantique » dans la cour du château de Morlanne, à la très bonne acoustique, ainsi qu'une soirée dédiée à Richard Strauss le 30 juillet. 

Le retour des festivals est aussi l'occasion d'amener la culture a des habitants qui sont relativement isolés et qui ne peuvent que difficilement se déplacer pour aller voir un opéra ou un concert dans une métropole. C'est en tout cas l'ambition d'Opéra au sommet, un festival organisé à Esquièze-Sère, petit village situé à côté de Luz-Saint-Sauveur, dans les Hautes-Pyrénées. Patrice Vuillaume en est le maire et organise ce festival. "Ce qu'on essaye de faire c'est d'amener le festival à la frontière franco-espagnole, dans un coin un peu retiré. En tous les cas, on n'a pas la chance d'avoir des grandes salles, il faut aller à Toulouse ou à Bordeaux."  Les billets sont cette année pris d'assaut par les habitants et les touristes de passage, si bien que les équipes se demandent s'ils ne vont pas ajouter une date supplémentaire pour faire face à l'afflux. D'autant que les places sont limitées : les représentations ont lieu sous un chapiteau et les organisateurs ont réduit la jauge, pour que les spectateurs puissent assister au spectacle sans risque sanitaire. Le festival se tient du 3 au 7 août, avec notamment Paillasse de Leoncavallo qui sera joué le 5 août.

Par Martin Delacoux

L'équipe de l'émission :