L'actu du jour
Magazine
Jeudi 19 août 2021
3 min

Près de Vézelay, des chefs de chœur en herbe dirigent l'Ensemble Aedes le temps d'une académie d'été

Pour de jeunes chefs de chœur, c'est une expérience unique : une académie d'été avec l'Ensemble vocal Aedes. Pendant une semaine, ils s'exercent en marge des Rencontres Musicales de Vézelay, dans une ancienne abbaye cistercienne.

Près de Vézelay, des chefs de chœur en herbe dirigent l'Ensemble Aedes le temps d'une académie d'été
Pour les chefs de chœur en devenir comme Ophélia, cette académie d'été est une chance inestimable, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Pour des chefs de chœur en devenir, il s'agit d'une expérience unique : une semaine de stage avec l'Ensemble vocal Aedes et son directeur musical, Mathieu Romano. L'Académie internationale de direction de chœur se tient en ce moment en Bourgogne, en marge des rencontres Musicales de Vézelay qui débutent ce jeudi. Objectif : contribuer à l’insertion professionnelle de ces jeunes chefs et leur permettre d'approfondir leur pratique, dans un cadre d'exception, avec l'un des meilleurs ensembles vocaux français.

Aucun bruit ne vient troubler le silence qui règne autour de l'abbaye de Reigny, à une vingtaine de kilomètres de Vézelay. Mais si l'on tend un peu l'oreille, on distingue comme un air de Brahms. Derrière la porte du vaste réfectoire de style gothique, les dix-sept membres de l'ensemble Aedes chantent à gorge déployée. Devant eux, pas un mais plusieurs chefs de chœur se succèdent. Six jeunes, en fin d'études ou professionnels depuis peu de temps, qui ont la chance de pouvoir se perfectionner durant cette académie d'été.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les jeunes chefs dirigent l'ensemble Aedes dans le réfectoire de l'abbaye, un lieu particulièrement propice au chant choral
Les jeunes chefs dirigent l'ensemble Aedes dans le réfectoire de l'abbaye, un lieu particulièrement propice au chant choral, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Lettre de motivation, CV et vidéos

"Nous avons dû écrire une lettre de motivation, un CV, et aussi des vidéos d'une dizaine de minutes en dirigeant différentes pièces. Pour moi, c'est un peu la reprise après une année assez vide, c'est beaucoup de joie", témoigne Louis, qui a achevé son cursus au CNSM de Lyon il y a un an. "Et évidemment, un peu de pression, parce qu'on a envie d'être au meilleur de soi-même devant des gens ses compétents", ajoute Ophélia, 22 ans, qui entame elle sa deuxième année en direction de chœur dans le conservatoire lyonnais.  

"Mais on est ensemble avec une abbaye, l'été, avec un beau jardin, tout se fait avec simplicité, honnêteté, on n'est pas là pour se juger", renchérit Félix, étudiant au CNSM de Paris. Comment se déroulent les sessions de travail avec Aedes ? "On dirige un ensemble qui a déjà des habitudes, avec un chef", note Maxime, également au CNSM : "Il faut à la fois être clair soi-même dans sa technique et dans sa musicalité, et en même temps s’adapter tout de suite aux gens qui sont en face." Quatre français donc parmi les stagiaires mais aussi une Estonienne, Nele, et une Suisse, Oona, qui vient de Zurich : "On apprend tellement des autres, de l'ensemble et des profs, c'est vraiment une grande chance de faire de la musique comme ça", témoigne cette dernière, ravie.

"C’est des passages assez rapides, d’une dizaine ou d’une quinzaine de minutes, on se jette un peu à l’eau", témoigne Maxime, étudiant au CNSM de Paris
"C’est des passages assez rapides, d’une dizaine ou d’une quinzaine de minutes, on se jette un peu à l’eau", témoigne Maxime, étudiant au CNSM de Paris, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
La longue natte de Félix se balance lorsqu'il dirige le chœur
La longue natte de Félix se balance lorsqu'il dirige le chœur, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
"Cette académie, c'est aussi un laboratoire, où l'on peut expérimenter de nouvelles choses", estime Louis, diplômé du CNSM de Lyon
"Cette académie, c'est aussi un laboratoire, où l'on peut expérimenter de nouvelles choses", estime Louis, diplômé du CNSM de Lyon, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Sous la houlette de deux chefs de renom 

Tout cela sous la houlette bienveillante de Mathieu Romano, le directeur musical de l'ensemble Aedes, qui scrute les chefs de chœur en herbe. "C'est très frustrant, on avait une cinquantaine de candidatures et globalement toutes très bonnes", relate le chef de chœur : "On essaie de voir pas uniquement les meilleurs, mais aussi ceux chez qui on voit un potentiel, ou au contraire quelque chose à débloquer. Il y a avant tout un lâcher prise dans le fait de savoir montrer ce qu'on veut musicalement, quelque part se mettre à nu, pour que les chanteurs puissent comprendre le message et l'interpréter."

L'académie accueille cet été une invitée de marque, qui prodigue de précieux conseils aux jeunes : chef de chœur norvégienne Grete Pedersen. "Quand Matthieu m'a appelé, j'ai dit 'oui', je veux venir", raconte-t-elle : "En chant choral il y a un texte, nous devons trouver l'essence du texte. L'expression, la technique, ne pas déranger les chanteurs mais les aider, diriger sans s'interposer... C'est toujours une question d'équilibre." 

J'apprécie le dévouement de ces jeunes, leur sensibiliser. Ils veulent se questionner, apprendre. Mais je suis probablement celle qui apprend le plus !" Grete Pedersen

Grete Pedersen et Mathieu Romano, tout sourires, prodiguent leurs précieux conseils aux jeunes chefs
Grete Pedersen et Mathieu Romano, tout sourires, prodiguent leurs précieux conseils aux jeunes chefs, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

"Contribuer à l'insertion professionnelle des jeunes chefs"

C'est cet été la deuxième édition de cette académie estivale, qui s'est tenue pour la première fois en 2019. "C'est parti du constat qu’il existait assez peu d’académies de ce genre en France. C’est dans la vocation de la Cité de la Voix de contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes chefs, de leur permettre de développer leur pratique, d’acquérir des compétences. Travailler avec l’ensemble Aedes, l’un des meilleurs ensembles vocaux français est une chance extraordinaire", témoigne François Delagoutte, le directeur de la Cité de la Voix et des Rencontres Musicales de Vézelay. "On avait un peu peur pour les candidats étrangers dans le contexte Covid, qu’ils ne puissent pas voyager, mais finalement tout s’est bien déroulé."

Pour parachever leur semaine, les six jeunes chefs auront la chance de diriger l'ensemble Aedes ce vendredi à l'abbaye. Une belle marque de confiance, pour des débuts de carrière plus que prometteurs.

Il y a pire comme lieu de travail...
Il y a pire comme lieu de travail..., © Radio France / Louis-Valentin Lopez
L'équipe de l'émission :