L'actu du jour
Magazine
Lundi 16 août 2021
3 min

À Paris, vif engouement pour les concerts à la bougie dans les églises cet été

Considérés par certains comme une "attraction à touristes", ces concerts sont pourtant une belle vitrine pour de jeunes musiciens très talentueux, tout juste sortis des conservatoires, qui ont ainsi l'opportunité de se produire et de se rôder à la scène. Reportage.

À Paris, vif engouement pour les concerts à la bougie dans les églises cet été
Ces récitals sont une bonne occasion de s'exercer pour Clément Caillier, qui passe le prix Liszt de Budapest le mois prochain, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

On passerait presque devant sans la voir et pourtant, ce soir, une petite foule se presse devant la minuscule église Saint-Ephrem, rue des Carmes, dans le 5e arrondissement de Paris. Un succès surprise pour Serge Rougegrez, de l'association Musique et Patrimoine, qui organise des concerts depuis près de 20 ans dans l'église syriaque : "À ma plus grande surprise, il y a une bonne affluence, je dirais 50% en plus pour la période. C’est certainement dû au fait que beaucoup d’organisateurs ont eu peur de programmer beaucoup de concerts, de crainte de ne pas avoir de monde, parce qu’on manque quand même de touristes à cause de la Covid. Les gens se replient donc sur le peu de concerts qu’il y a à Paris, c’est comme ça que j’explique cette affluence."

Des touristes pour la plupart, mois d'août oblige, ravis de retrouver un peu de musique vivante, dans un cadre intimiste et magnifique. Une affluence qui fait plaisir à Clément Caillier, pianiste de 28 ans, qui donne quatre récitals ce mois-ci à Saint-Ephrem. "Il s'agit d'un endroit absolument magnifique, avec une très belle acoustique. On sent tout de suite un cadre très intimiste propice à jouer Chopin, Satie, Liszt, comme c’est le cas ce soir", confie le jeune homme, en enfilant son costume. "Puis c’est la première fois depuis plusieurs mois que je revois un public en chair et en os."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'église Saint-Ephrem, dans le 5e arrondissement de Paris
L'église Saint-Ephrem, dans le 5e arrondissement de Paris, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Mettre en valeur des talents sortis des conservatoires

Devant une audience épatée, à la lueur des bougies, Clément Caillier joue la Sonate de Liszt avec une aisance confondante. Il faut dire que le jeune homme a déjà un beau CV  : "J'ai terminé mes études au conservatoire de Paris, premier prix dans la classe deFrank Braleyen 2019, et je me suis perfectionné cette année chezJean-Marc Luisada, à l’École normale."

Ces concerts organisés par Musique et Patrimoine sont une chance pour lui. Celle de travailler durant l'été, de faire découvrir son talent, et aussi de s'exercer. "Je passe le concours Liszt de Budapest qui a lieu tous les 5 ans, très grand concours international, c’est l’occasion de s’entraîner", dit-il. "Ces récitals, cela permet d’avoir des opportunités de concert, et surtout, on se sent moins étudiant. En entrant au conservatoire le niveau est déjà très avancé. En quittant le conservatoire, ces concerts donnent une espèce d’élan qui permet vraiment de se lancer dans l’aventure." On souhaite bonne chance à Clément Caillier pour le concours Liszt à Budapest, le mois prochain. En tout cas, si le public de Saint-Ephrem faisait partie du jury, il remporterait sans aucun doute, à en croire les applaudissements, le premier prix.

L'équipe de l'émission :