Klassiko Dingo
Magazine
Samedi 20 juin 2015
22 min

L'histoire de la 3e symphonie de Brahms et qui a inventé l'orgue

L'Histoire de la très célèbre 3e symphonie de Johannes Brahms. Eliott voudrait savoir qui a inventé l'orgue et toujours votre actu

Histoire Dingo

Il était une fois dans le monde dingo de la musique classique, l’histoire de la 3e symphonie de Johannes Brahms

Ce fameux thème du 3e mouvement de la 3e symphonie de Brahms est une des pages les plus célèbres de la musique classique. Vous l’avez peut-être déjà entendu dans des publicités, des films, ou repris par des chanteurs. Cette 3e symphonie de Brahms dans son ensemble est une des plus belles œuvres de Johannes Brahms.
Brahms est un compositeur allemand né en 1833, il y a 182 ans à Hambourg. Son père est musicien, et très jeune Johannes apprend le cor, le violoncelle et le piano. Ce qui l’intéresse aussi, ce sont les musiques traditionnelles et les chansons folkloriques, qui l’influenceront souvent dans ces œuvres comme les célèbres danses hongroises.

Clara et Robert Schumann
Clara et Robert Schumann

Johannes Brahms est un excellent pianiste qui donne des concerts un peu partout en Europe. En 1853, il rencontre le compositeur Robert Schumann, à qui il interprète ses œuvres pour piano. Robert est sous le choc, il pense être face à un génie, il souhaite aider Brahms à devenir un grand compositeur et un grand musicien. La femme de Robert Schumann, Clara est pianiste et compositrice. Elle est aussi sous le charme de l’artiste et du jeune homme. Une relation ambiguë s’installe entre Johannes Brahms et madame Schumann, on dirait qu’il y a de l’amour dans l’air…
Brahms n’écrit pas seulement pour piano, c’est aussi un très bon compositeur pour la musique de chambre, pour les orchestres aussi et même pour les chœurs. Une de ses plus belles œuvres, s’intitule le requiem allemand, écrite pour chanteurs solistes, chœur et orchestre. Une œuvre magistrale !

La 3e symphonie est aussi une œuvre célèbre et remarquable. Il l’a composée entre 1882 et 1883, Brahms avait 50 ans. A sa création c’est un succès, tout le monde est impressionné par cette symphonie. Pour Clara Schumann : « cette œuvre est un tout, un seul battement de cœur. Du début à la fin on est enveloppé par le charme mystérieux des bois et des forêts ».
Le début de cette3e symphonie est majestueux. Majestueux, mais un peu inquiétant.
On entend une tension dès le début et tout le long de ce mouvement. Une tension qui est provoquée par l’alternance entre le mode majeur et le mode mineur.
Un accord majeur, ce sont des notes superposées qui donne l’impression de clarté ou même de gaité. Alors que l’accord mineur, lui est plus sombre, plus mélancolique, triste si on exagère un peu.
C’est comme ça que Brahms joue avec nos impressions et avec nos émotions tout au long de ce mouvement.
Le 2e mouvement débute calmement, Andante c'est-à-dire ni trop vite, ni trop lentement. Là encore on croit entendre une mélodie assez claire, comme une chanson, mais de sombres accords viennent assombrir le paysage, comme de lourds nuages noirs menaçants.
On a envie de chanter de danser.
Puis on a envie de se cacher, on se sent menacé.
Le 3e mouvement, LE mouvement le plus célèbre de cette symphonie, doux et mélancolique, a inspiré de nombreux artistes et notamment des chanteurs comme : Serge Gainsbourg qui écrit pour Jane Birkin Baby Alone in Babylone.
Un autre chanteur a repris ce thème de la 3e symphonie de Brahms, Yves Montand et sa chanson Quand tu dors près de moi.
On retrouve l’autre côté de l’Atlantique, un des plus célèbres crooners des Etats-Unis, qui chanta la mélodie du 3e mouvement de la 3e symphonie de Brahms, Frank Sinatra :

  • Take My love

Le 4e et dernier mouvement, est très impressionnant, tout ce que l’on entend précédemment s’y trouve. La tension, la gaieté, le chant, la danse, l’explosion de l’orchestre, et le thème du début de l’œuvre qui revient à la fin de ce mouvement comme si Brahms avait voulu fermer la boucle, mettre en musique un cycle, un cercle.

ROBOT DINGO

Robot Dingo
Robot Dingo

Robot Dingo, qui a inventé l’Orgue ?
Une question d’Eliott

L’orgue un instrument que l’on retrouve souvent dans les églises et les cathédrales, mais pas seulement, il y en a aussi dans des grandes salles de concerts.
L’orgue a été inventé par le Grec Ctésibios, 3 siècles avant J-C. Ce n’était pas tout à fait un orgue comme nous les connaissons aujourd’hui. Ctésibios, qui était un génie, un inventeur fou avait inventé l’hydraule, un orgue hydraulique.
L’hydraule était composée de tuyaux de différentes tailles. Des tuyaux collés les uns aux autres qui de loin ressemblent à une grosse flûte de pan. Son fonctionnement est le même que pour une flûte, on cherche à faire passer de l’air dans un conduit, qui est biaisé, taillé, l’air va être dévié et créer un son.

orgue
orgue

Avec l’orgue finalement ce que l’on cherche à faire c’est créer un souffle continue, et que l’air puisse passer par plusieurs tuyaux en même temps, sans avoir recours au souffle de l’homme.
Ctésibios a cherché comment réguler l’air, le conserver et le distribuer. En simplifiant c’est en plaçant une grosse cloche pleine d’air dans de l’eau, reliée aux tuyaux qui composent l’orgue. L’air est prisonnier de la cloche elle-même maintenu sous pression par l’eau. Ainsi Ctésidios réussit à maitriser l’air et à le distribuer comme il le souhaite à l’aide d’un clavier qui ouvre ou ferme des clapets.
Cet instrument a servi pendant des siècles. Aujourd’hui, les grandes orgues que l’on voit dans les cathédrales par exemple, n’ont plus d’eau.

orgue 2
orgue 2

Le fonctionnement de l’orgue :
Il a des claviers un peu plus complexe que celui d’un piano, il y a aussi un pédalier, on joue des notes avec ses pieds en même temps que l’on peut jouer avec nos mains. Il y a des manettes que l’on tire ou que l’on pousse, et qui change la couleur du son et puis il y a tous ces grands tuyaux par lesquels le son sort pour venir jusqu’à nos oreilles. Il y a aussi un clapet qui s’ouvre et qui laisse s’échapper l’air lorsque l’on appuie sur une touche du clavier ou du pédalier.
Il y a l’air qui est stocké dans un sommier, cet air vient des soufflets.
Sous un orgue il y a d’immenses soufflets qui alimentent le sommier. Ces soufflets étaient auparavant manipulés par l’homme, aujourd’hui, tout ça est électrique, plus besoin d’avoir des gros bras.

orgue sommier
orgue sommier

L’air est envoyé dans un sommier dans lequel il dort en attendant d’être envoyé dans un des tuyaux pour créer un son.
Ce qui est fascinant c’est que l’on peut entendre beaucoup de notes et de sons différents avec ce seul et même instrument, un peu comme si un immense chœur de chanteurs se mettaient à chanter.

Téléphone
Téléphone

Pour poser ta question un seul numéro le : 01 56 40 69 35

ACTU DINGO

CONCERT

Jean-François Zygel - Christophe Abramowitz
Jean-François Zygel - Christophe Abramowitz

Samedi 27 juin à 11h,Jean-François Zygel présente « Les Clefs de l’orchestre » à l’Auditorium de la Maison de la Radio.
Jean-François Zygel, le roi de la pédagogie
Avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, s’intéresseront à la Symphonie n°25 de Mozart


FESTIVAL

A Reims vous ne pourrez pas manquer le festival des Flâneries musicales de Reims qui programme des artistes que l’on aime beaucoup sur France Musique, comme Nemanja Razdulovic ou Marielle Nordamnn ou l’Ensemble Voces 8 et surtout les Flâneries organisent aussi leurs concerts spectacles et ateliers pour les enfants.

Mercredi 24 juin, la chanteuse Serena Fisseau et le percussionniste Fred Soul présenteront leur spectacle d’une Ile à l’autre ou Toutà l’heure à 16h,

Ce samedi à 16h le quatuor Alfama donnera un concert tout public Le Rêve d'Ariane à partir de 5 ans avec la comédienne Delphine Veggiotti.
Flâneries musicales de Reims jusqu’au 18 juillet 2015

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :