Lundi 12 août 2013
36 min

Feuilleton Wayne Shorter (5/8) : "Les Années Weather Report et une parenthèse en solo" (1971-1976)

Le 25 août 2013, le saxophoniste et compositeur américain Wayne Shorter fêtera ses 80 ans. Il n’est pas le premier jazzman à atteindre cet âge respectable (et ne sera certainement pas le dernier), mais il nous paraît évident qu’il est le plus grand jazzman, saxophoniste et compositeur encore en activité en 2013

présentation : Lionel Eskenazi
réalisation : Sylvie Migault
attachée de production : Emmanuelle Lacaze

Après 54 ans de carrière, Wayne Shorter continue de nous étonner et de nous surprendre, contrairement aux musiciens de tout premier plan de sa génération comme Sonny Rollins ou Ornette Coleman. Il continue de se produire régulièrement sur scène avec son quartette et chaque concert est toujours une grande aventure émotionnelle (voir spirituelle !) pour les spectateurs. Wayne Shorter vient de sortir un album en cette année 2013 « Without A Net », renouant ainsi avec le label Blue Note pour qui il enregistra une série d’albums importants entre 1964 et 1970. Nous allons donc retracer l’incroyable carrière de ce musicien exceptionnel à travers un feuilleton en 8 épisodes d’une heure chacun, qui des Jazz Messengers d’Art Blakey, à Weather Report, en passant par le quintette de Miles Davis et une impressionnante carrière en solo, va explorer les plus grandes pages du jazz contemporain en mettant l’accent sur le travail de compositeur de ce saxophoniste hors du commun.
Lionel Eskenazi.

Dans le prologement des conceptions milesdavisiennes des dernières années 60 - en particulier "Bitches Brew" - , c'est fin 1970 à New York, à l'initiative de Joe Zawinul, Wayne Shorter et Miroslav Vitous que naît ce groupe. Le but avoué est alors de produire une musique échappant aux étiquettes et limitations stylistiques : à la fois jazz, rock, brésilienne, africaine et teintée d'orientalisme. Le nom serait emprunté à un thème de Bob Dylan. D'autres en attribuent la paternité à Shorter, qui aurait voulu refléter ainsi la musique "changeante, comme le temps" du groupe. [...] [in Le nouveau dictionnaire du jazz par Pascale Barithel et Christian Gauffre]

Bandeau "programmation" CD
Bandeau "programmation" CD

Weather Report
« Weather Report » Tears
Wayne Shorter
Columbia 468212 2

Visuel CD - Weather Report - Wayne Shorter
Visuel CD - Weather Report - Wayne Shorter

Weather Report
« Sweetnighter » Manolete
Wayne Shorter
Columbia 485102 2

Weather Report
« Mysterious Traveller » Mysterious Traveller
Wayne Shorter
Columbia 471860 2

Weather Report
« Mysterious Traveller » Blackthorn Rose
Wayne Shorter
Columbia 471860 2

Wayne Shorter
« Native Dancer » Miracle of the Fishes
Milton Nascimento
Columbia 467095 2

Visuel CD - Weather Report - Native Dancer
Visuel CD - Weather Report - Native Dancer

Weather Report
« Black Market » Elegant People
Wayne Shorter
Columbia 507658 2

Visuel CD - Weather Report - Black Market
Visuel CD - Weather Report - Black Market
bandeau à lire
bandeau à lire

"Weather Report - Une histoire du jazz électrique" par Christophe Delbrouck
(éditions Le Mot & Le Reste) 2007 *

Photo - Livre Weather Reporte par Christophe Delbrouck
Photo - Livre Weather Reporte par Christophe Delbrouck

*

Lorsque Wayne Shorter et Joe Zawinul décidèrent de s'associer, ils n'étaient pas nés de la dernière pluie. L'un s'était forgé une réputation chez les frères Adderley avant de prétendre mener une vraie carrière solo. L'autre était considéré, aux vues de prouesses en tant qu'instrumentiste et compositeur au sein des Jazz Messengers, comme l'un des héritiers prodiges de John Coltrane. Surtout, ils avaient participé aux expériences de Miles Davis jusqu'à son émancipation électrique. Une étape charnière où le jazz dévia irrémédiablement pour revendiquer sa place dans le pandémonium des musiques populaires. On pensa alors que ces enfants de Miles, comme les autres, contribueraient à perpétrer les visions d'un mentor. Ce ne fut pas le cas. Wayne Shorter et Joe Zawinul échafaudèrent un autre courant, inconnu, où se rencontrèrent les musiques ethniques, le rock et l'innovation technologique à travers ce qui demeure depuis sa création l'une des formations les plus célébrées que le jazz moderne ait connue : Weather Report. Ce livre retrace l'épopée de ces deux musiciens, depuis les années trente, leur parcours initiatique et les envolées des années soixante, puis, enfin la création et le parcours frénétique de Weather Report dans la mouvance électrique aux côtés du Return To Forever, des Headhunters, du Mahavishnu Orchestra, de Lifetime, plus tard de Steps Ahead, de leurs compagnons de route, Chick Corea, John McLaughlin, Carlos Santana, Herbie Hancock... des premiers synthétiseurs à l'apothéose du tube planétaire " Birdland ", de la tragédie d'un authentique génie de la basse, Jaco Pastorius, jusqu'au dernier duel des années quatre-vingt avec Miles Davis. Une aventure humaine, riche et tortueuse, digne des musiciens de légende.

bandeau à voir
bandeau à voir

Weather Report Live in Berlin 1975
CD + DVD) paru chez Art of Groove en 2012

Photo - DVD Weather Reporte Live in Berlin 1975
Photo - DVD Weather Reporte Live in Berlin 1975

Weather Report Live at Montreux 1976
paru chez Eagle Vision en 2007

Photo - DVD Weather Report Live at Montreux 1976
Photo - DVD Weather Report Live at Montreux 1976

L’année 1975 est une année particulière pour Joe Zawinul car ces deux mentors ont désertés la scène du jazz : Cannonball Adderley meurt brutalement et Miles Davis décide de jeter l’éponge pour faire une longue pause. Curieusement ces évènements vont lui donner des ailes car avec « Black Market », Weather Report enregistre un album important qui sortira en avril 1976. A la toute fin des sessions, le groupe décide d’engager le jeune prodige de la basse Jaco Pastorius et ils partent en tournée en proposant au percussionniste Alex Acuna de prendre la batterie et d’engager Mano Badrena aux percussions. C’est donc ce personnel que l’on retrouve en juillet 1976 à Montreux pour cet époustouflant concert que l’on ne se lasse jamais de visionner. Nous allons rentrer pendant 80 minutes dans l’intimité des musiciens grâce à un dispositif de filmage axé uniquement sur des très gros plans. Nous nous retrouvons au coeur d’un foisonnant groove hypnotique où l’énergie animale du groupe (« Gibraltar », « Barbary Coast »), retranscrite par l’abondante sueur sur les visages, cohabite avec l’élégance mélodique (« Scarlet Woman », « Cannonball »). Un document considérable pour ceux qui n’ont pas eu la chance de voir le groupe sur scène et dont on retiendra en particulier le mélange de concentration et de tension de Wayne Shorter, le solo de basse venu d’une autre planète de Jaco (« Portrait of Tracy »), les incroyables duos percussifs de Badrena et Acuna et Zawinul qui exécute la première mouture de « Birdland ». [Lionel Eskenazi]

Wayne Shorter (ts, ss), Joe Zawinul (p, elp, cla), Jaco Pastorius (elb), Alex Acuna (dm, perc), Manolo Badrena (perc).
Montreux, Suisse, 8 juillet 1976.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :